/opinion/columnists
Navigation

Jacques Demers

Coup d'oeil sur cet article

Il a perdu beaucoup de poids, son côté droit est toujours paralysé, il ne parle pas, ne marche pas, mais il est en mode «on va se battre». Jacques a les yeux pleins d’espoir, il sourit encore et il puise dans tout ce qui lui reste pour redevenir Jacques. Mais les progrès sont très lents et il faut un moral de roc pour passer au travers de cette terrible épreuve qui ressemble à du Kafka. Sa femme Debby, ses sœurs Francine et Claudette, son frère Michel ont beaucoup de mal à accepter et vivre ce changement cruel et lourd dans la vie de cet homme si bouillant, dynamique et proactif. Ce n’est pas un homme, c’est un univers qui s’est écroulé. À moins d’une accélération surprise dans le processus de réhabilitation, ce sera long.

Des visites? Le moins possible parce qu’il se fatigue trop vite. Dès que ses proches quittent la chambre, il tombe d’épuisement. Il a besoin de toute son énergie. La famille est débordée de demandes, mais il faudra attendre.

BE TOUGH COACH

À la télé, il suit les éliminatoires, mais il n’est pas encore capable de regarder un match en entier.

On croit que d’ici un mois, il sera en mesure d’aller chez lui une journée ou deux avec toute l’assistance que ça comporte. Debbie est prête.

Jacques Demers, 71 ans, est un battant, un homme de défi, mais jamais il n’est parti d’aussi loin, d’aussi creux.

Je pense à lui tous les jours et je prie pour que le Bon Dieu nous le remette comme il était.

J’ai hâte de me faire redire que je ne suis pas assez beau pour Manon et j’ai hâte de te prendre dans mes bras, vieux coach.

THE SHOW MUST...

  • Tout le monde connaît le Tour de l’île à Montréal. C’est ce qu’on fait tous les jours en essayant de rentrer à la maison.
  • Il y a 70 % d’eau sur la terre soit le même pourcentage qu’on retrouve dans un Tupperware qui sort du lave-vaisselle.
  • Les Sharks ne sont plus qu’à une défaite du barbier.
  • Nouveau à Paris depuis les inondations: “Je suis Charl’eau”.
  • Chaque fois, que je vois l’affiche Île des Sœurs à la sortie du pont Champlain, je souris. S’il y a une île où il n’y a pas de religieuses...

À DEMAIN

Il y arrivera.