/sports/rio2016
Navigation

Je rentre au soleil

Coup d'oeil sur cet article

Ça a fait du bien de revenir au Canada et de participer à ces deux matchs de préparation contre le Brésil. Ça nous rappelle qu’on se rapproche de l’objectif.

Toute l’équipe canadienne, on va se retrouver au mois de juillet, mais d’ici là, la vie reprend pour chacune de nous dans notre environnement. Je redeviens maintenant une joueuse du Pride d’Orlando et ma prochaine destination est Rochester où on joue samedi soir prochain.

Vive le soleil

Je retrouve aussi mon statut de citoyenne temporaire d’Orlando. Franchement, je ne regrette pas ma décision d’avoir signé un contrat avec cette nouvelle organisation de la National Women’s Soccer League. C’est parfait. S’il y avait une ville où je devais aller jouer, c’est Orlando.

J’ai découvert une belle qualité de vie. Évidemment, la température est agréable. Depuis mon arrivée là-bas, je constate à quel point la température peut avoir une influence sur nos humeurs et nos émotions. J’ai ressenti un regain d’énergie avec ce soleil qui brille tous les jours.

Je vis dans un complexe où habitent la majorité des joueuses de l’équipe. C’est un secteur tranquille à l’intérieur de cette grande ville. On est privilégié avec de beaux appartements, la piscine et le spa à 30 secondes. Il y a de la verdure et la nature tout près. Le matin, je me fais réveiller par les oiseaux qui chantent.

Priorité au soccer

Il y a la plage à 45 minutes de route et j’ai eu la chance d’y aller une journée, mais ça n’a pas fait partie de mes priorités jusqu’à maintenant. Je suis quand même là pour jouer au soccer et performer!

J’ai une amie dans l’équipe, dont les parents habitent à Orlando. Ils ont une maison qui donne accès à un lac et ils possèdent un bateau. J’ai pu m’initier au «wakesurf». Ça m’a fait décrocher un peu. J’essaie quand même d’avoir ma petite vie à l’extérieur de l’environnement de l’équipe. Je vais souvent dans les cafés pour découvrir de nouvelles saveurs.

Depuis le début de saison, j’ai été trop occupée. J’ai consacré du temps à mon adaptation. Je m’assure aussi de récupérer et de bien me reposer entre les entraînements et les matchs afin de demeurer en santé et être prête pour les Jeux olympiques. Après les Jeux, il va me rester environ un mois et demi à vivre à Orlando, alors je vais avoir du temps pour faire tout ce que je souhaite.

Je n’ai même pas encore eu la chance d’aller à Disney World! Je me promets entre autres de visiter Epcot Center.

Un privilège

On est choyés d’appartenir à cette nouvelle équipe. Il y avait 23 000 spectateurs à notre match inaugural et, même si l’assistance a ensuite baissé à 8000 et 7000, ça demeure malgré tout au-dessus de la majorité des équipes de la ligue.

L’équipe organise beaucoup d’activités promotionnelles un peu partout dans la région et le soutien que nous témoigne la population contribue à nous faire sentir chez nous. L’atmosphère est «cool». On sent qu’il y a une excitation dans la population à nous accueillir. Les gens nous disent «enfin, on a notre équipe féminine»!

—Propos recueillis par Alain Bergeron