/finance/business
Navigation

Vidéotron a de l’appétit pour de nouvelles fréquences

Une vente aux enchères du fédéral aura lieu d’ici 2018

Bloc Vidéotron logo
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Vidéotron s’intéresse à la vente aux enchères de spectre de 600 MHz que le gouvernement fédéral devrait organiser d’ici 2018. Les fréquences proposées seront de grande qualité, car leurs ondes voyagent rapidement à travers la vitre et le béton, en plus de se rendre facilement dans les tunnels et les sous-sols.

«C’est du spectre d’une grande valeur, qui permet d’étendre un réseau à moindre coût. On évalue que les investissements en infrastructures, dans des tours par exemple, vont chuter de 20 % à 33 %», a expliqué Manon Brouillette, présidente et chef de la direction de Vidéotron.

Depuis 2008, la filiale de Québecor Média a participé à quatre enchères de spectre organisées par Ottawa. Ces processus lui ont permis d’améliorer son réseau au Québec et d’acheter des fréquences au Canada anglais. L’entreprise devrait à nouveau être sur les rangs cette fois-ci.

«S’il y a une enchère, il y a des chances qu’on sera à la table. Mais on doit d’abord connaître les conditions», a déclaré Manon Brouillette. La dirigeante a précisé que Vidéotron pourrait soumettre des offres pour obtenir du spectre au Canada anglais, selon les opportunités, bien que son intérêt principal soit au Québec.

Processus équitable

Vidéotron veut que le gouvernement mette des mesures en place pour que la prochaine enchère soit équitable envers les nouveaux entrants, comme Vidéotron, Wind Mobile et Eastlink. Manon Brouillette a donné son avis sur le processus à venir, lors d’une allocution, prononcée aujourd'hui au Telecom Summit de Toronto.

«Les titulaires (les joueurs traditionnels: Bell, Telus et Rogers) ont eu accès gratuitement à du spectre de cette qualité, la bande 850, il y a trente ans. Il faut que les nouveaux entrants aient accès à une quantité de spectres significative pour pouvoir concurrencer», a poursuivi la dirigeante de Vidéotron.

Mme Brouillette soutient que les nouveaux entrants sont de petites organisations par rapport aux joueurs historiques.

En téléphonie mobile, les titulaires comptent chacun de 8 à 10 millions d’abonnés alors que les nouveaux entrants en servent environ 800 000 chacun, a-t-elle indiqué.

Dans le cadre de la prochaine enchère, Vidéotron souhaite donc qu’Ottawa appuie le principe du minimum de quatre concurrents par marché en plus de s’assurer que les plus gros fournisseurs utilisent leurs avantages historiques pour empêcher les nouveaux entrants de répondre aux besoins des consommateurs.