/finance/news
Navigation

Votre toit pourrait rapporter gros grâce à un recours

2015 02 20 GST ALE 129
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Votre toit pourrait valoir son pesant d’or, si les bardeaux d’asphalte utilisés pour le recouvrir se sont usés prématurément et qu’ils ont été fabriqués par BP Canada. L’entreprise a vendu des produits défectueux, de 1985 à 2010.

Des signes de vieillissement prématuré apparaissent sur les bardeaux entre 12 à 15 ans après leur installation, même si la garantie obtenue à l’achat a une durée de 20, 25 ou 35 ans. Les signes d’usure prématurée sont le retroussement des coins des bardeaux et l’érosion des granules qui les recouvrent, notamment.

En 2012, un recours collectif a été autorisé par la Cour supérieure du Québec pour dédommager les consommateurs ayant acheté les bardeaux de BP Canada. Plusieurs victimes ignorent que la compagnie accepte encore des réclamations, même si certains clients ne se sont pas inscrits au recours.

Selon le règlement de 2012, les propriétaires qui observent des dommages peuvent soumettre une réclamation jusqu’à 150 jours après la découverte du problème. Le jugement concerne les consommateurs qui ont fait exécuter les travaux et ceux qui ont acheté une résidence, dont la toiture est recouverte de bardeaux BP.

Comment faire ?

Il est possible de remplir une fiche pour obtenir un document de réclamation en visitant le site du recours collectif à l’adresse bpreglementbar-deau.com/fr/. Si vous n’avez pas en main la facture certifiant que les bardeaux défectueux sont des produits BP, il est possible de prélever un échantillon pour les identifier.

Refaire une toiture dix ans plus tôt que prévu est embarrassant, compte tenu du coût exigé pour ce type de travaux. On parle de milliers de dollars, qui pourraient servir à d’autres fins.

Selon un couvreur que nous avons consulté, Toitures Larose, il est possible d’obtenir un dédommagement représentant jusqu’à 40 % du coût des travaux à effectuer. La somme peut représenter plusieurs centaines de dollars. Pour des travaux se chiffrant de 5000 $ à 6000 $, un consommateur peut toucher une indemnisation oscillant de 2000 $ à 2400 $.

Par contre, le consommateur ne doit pas s’attaquer à la réclamation à la dernière minute, car les démarches peuvent durer jusqu’à huit semaines.

Pas toujours simple

Certains consommateurs auraient cependant eu de la difficulté à obtenir un dédommagement auprès de BP. C’est le cas de Rosaire Lacasse, un résident de Saint-Gervais, dans Bellechasse, qui a raconté son histoire au Journal, en mars dernier.

L’homme a procédé à des travaux à la suite d’une entente verbale avec le fabricant. Mais une fois la facture en main, l’entreprise a refusé de payer la note, prétextant que l’usure était le résultat d’une mauvaise ventilation.

M. Lacasse déplorait cet hiver que BP en soit venu à cette conclusion sans avoir envoyé un inspecteur. Il est donc important de soumettre un dossier solide et de préparer ses arguments. Certains couvreurs appuient d’ailleurs leurs clients pendant la procédure de réclamation.

 

Quelques détails à ne pas oublier

  • Les bardeaux ciblés ont été fabriqués par BP Canada, de 1985 à 2010
  • L’usure apparaît de 12 à 15 ans après l’installation
  • Le règlement du recours collectif a été autorisé en 2012