/misc
Navigation

Site bloqué sur internet

Site bloqué sur internet

Coup d'oeil sur cet article

Il suffit généralement d’évoquer la perspective du blocage de sites internet pour aussitôt soulever l’indignation de la plupart des internautes.

Cela se comprend: il est normal d’être outré par des mesures de blocage de sites web. Cela évoque les régimes autoritaires pour lesquels la censure est un mode normal de gouvernement.

Sauf que dans la vraie vie, le blocage de sites web existe bel et bien.

Du 22 au 31 mai dernier, j’étais en Allemagne pour participer à un congrès de juristes.

Comme je fais toujours lorsque je suis en voyage, je me connecte à l’interface du Journal de Montréal / Journal de Québec afin de mettre en ligne des billets de blogue.

Après de multiples tentatives infructueuses de me connecter à la plateforme de Québecor média, je reçois sur l’écran de mon ordinateur le message que j’ai consigné sur la photo ci-dessus.

Pendant toute la durée de mon séjour en Allemagne, j’ai tenté à plusieurs reprises tous les jours de me connecter sur l’interface du Journal: toujours bloqué!

Bloqué pour des motifs de sécurité?  Pour d’autres motifs?

On ne sait pas et on ne saura sans doute jamais.

Et c’est bien là le problème: au nom de toutes sortes de «bonnes» raisons, les fournisseurs de connectivité ou d’autres intermédiaires techniques d’internet ont la possibilité technique de bloquer les accès aux ressources en ligne.

Ils ne sont pas censés bloquer. C’est même considéré grave de le faire. Mais il y a plein de «bonnes» raisons pour effectuer des blocages. On invoque régulièrement des impératifs de «sécurité» pour justifier diverses mesures de blocage.

L’ennui c’est qu’il n’y a pas beaucoup de transparence dans ces processus menant au blocage de ressources en ligne.

Certes, lorsque le contenu est bloqué parce qu’il a été jugé contraire à une loi, cela paraît facile à comprendre... à la condition qu’on prenne la peine de nous le dire.

Mais lorsqu’un accès à un site est bloqué sans raison légitime apparente, on demeure perplexe.

Tout semble laissé au jugement de gens qui n’ont sans doute pas d’intentions malveillantes ou de désir de censurer. Mais l’effet délétère du blocage est là. 

Cet incident en dit long sur la fragilité des libertés de communiquer sur internet. Notre activité en ligne est à la merci de nombreux processus administratifs, techniques ou de soi-disant sécurité qui peuvent bloquer les accès.

Le blocage peut survenir n’importe quand. Il peut être effectué pour des motifs qui ne sont pas toujours limpides et à l’égard desquels il n’y a pratiquement pas de moyens d’obtenir de réelles explications.

Ces blocages sont sans doute effectués pour de bonnes raisons. Les bonnes raisons qu’on semble avoir en Allemagne ne valent plus lorsqu’on est en France...

Au total, il serait plus facile de se convaincre de leur légitimité si les processus de blocage étaient appliqués avec plus de transparence.

 

PS. : Lorsqu’en fin de séjour, je suis revenu à Paris (début juin), j’ai pu immédiatement accéder au site bloqué lorsque j’étais en Allemagne. J’ai accédé au site avec autant de facilité que si j’étais à Montréal.  Est-ce que le site de Québecor média serait suspect en Allemagne mais non en France? Mystère!