/sports/hockey
Navigation

Gordie Howe est décédé

NHL/
photo d’archives Gordie Howe

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien hockeyeur Gordie Howe, celui qui était surnommé «Mr. Hockey», est décédé, vendredi. Il avait 88 ans.

 

Lui-même surnommé «Monsieur Hockey», le natif de la Saskatchewan, qui a surtout oeuvré pour les Red Wings de Detroit, a grandement marqué son sport.

Howe, qui combattait la maladie d’Alzheimer, a subi plusieurs arrêts cardiovasculaires au cours des dernières années.

Au niveau de ses exploits sur la patinoire, il a détenu pendant longtemps le record du plus grand nombre de points amassés en carrière dans la Ligue nationale (LNH) avec 1850. Seuls Wayne Gretzky, Mark Messier et Jaromir Jagr, dans l’ordre, le devancent désormais à ce chapitre.

Ses 801 buts le placent par ailleurs au deuxième rang de l’histoire, derrière Gretzky.

Une longue carrière

Né le 31 mars 1928, le célèbre numéro 9 a entamé son séjour dans les grandes ligues en 1946. Ce fut le début d’un très long parcours professionnel, sans contredit le plus important au niveau de la durée, puisque le légendaire patineur est le seul à avoir évolué dans la LNH lors de cinq décennies différentes.

Howe a réalisé pas moins de 22 saisons consécutives avec un minimum de 20 buts comptés, de 1949 à 1971: il s’agit là également d’une marque du circuit.

Il a pris part à 1767 rencontres en saison régulière, sans compter son passage de six ans dans l’Association mondiale (AMH), de 1973 à 1979.

Preuve de sa longévité, Howe a eu l’opportunité de jouer en compagnie de ses fils Marty et Mark dans l’uniforme des Aeros de Houston (AMH) durant les années 1970, puis dans celui des Whalers de Hartford en 1979-1980 alors qu’il en était à sa dernière campagne.

À 52 ans et 11 jours, il est le plus vieux hockeyeur à avoir participé à un match de la LNH.

Avec Claude Julien, durant le week-end du Match des étoiles, à Montréal, en janvier 2009.
REUTERS/Christinne Muschi
Avec Claude Julien, durant le week-end du Match des étoiles, à Montréal, en janvier 2009.

Quatre fois la coupe Stanley

Howe est à l’origine de l’une des grandes dominations de l’histoire de la ligue.

À ses débuts à l’âge de 18 ans, il porte le numéro 17 avec les Wings. Ce n’est qu’après le départ de Roy Conacher pour Chicago après la saison 1946-1947 qu’il opte pour le numéro 9. Rapidement, il se démarque par son talent naturel et son goût pour les bagarres. Ce n’est pas pour rien que son nom a été associé à un exploit plutôt inhabituel : le «tour du chapeau à la Gordie Howe», qui consiste en un but, une mention d’aide et un combat survenus pendant une partie, est aujourd’hui bien connu des amateurs de hockey.

À sa quatrième année au sein de la LNH, Howe obtient 35 buts, une première pour lui. Il aide Detroit à défaire les Rangers de New York en sept matchs pour ainsi remporter la coupe Stanley. Ensuite, il récolte dans l’ordre 43, 47, 49, 33 et 29 filets lors des cinq campagnes suivantes, menant les siens vers trois autres conquêtes du «saladier d’argent».

Gordie Howe avec deux anciens Canadien, Réjean Houle et Bob Fillion.
PHOTO D'ARCHIVES/LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Gordie Howe avec deux anciens Canadien, Réjean Houle et Bob Fillion.

Il préfère jouer

Howe a connu la campagne la plus productive de sa carrière en 1968-1969, en vertu d’un total de 103 points en 76 points. Cependant, le rendement de son équipe est à la baisse et les Wings commencent une longue disette d’insuccès, séquence qui ne prendra fin qu’en 1997 avec le huitième championnat de la concession.

Après 25 ans passés dans l’uniforme rouge et blanc, des problèmes chroniques au poignet forcent Howe à se retirer en 1971 et à accepter un poste au sein de l’administration des Wings. Toutefois, il ne reste pas inactif définitivement, car en 1973, il fait le saut dans l’AMH, avec les Aeros. Son passage dans le Texas est couronné de succès, car il amasse 301 points à ses trois premières années là-bas. À l’âge de 46 ans, il est nommé le joueur le plus utile à son équipe en 1974.

Trois ans plus tard, ses deux fils et lui se joignent aux Whalers de la Nouvelle-Angleterre. Cependant, après la fin des activités de l’AMH, ces derniers se retrouvent dans la LNH en 1979, par le biais d’une expansion impliquant quatre organisations. Conséquemment, Howe effectue un retour dans la «grosse ligue», le temps d’une dernière saison. Déjà membre du Temple de la renommée (il a été élu en 1975), il reçoit une ovation au Joe Louis Arena de Detroit lorsque les Whalers s’y présentent. Il obtient une passe dans un gain de 6-3.

Avec Ronald Corey et Jean Béliveau.
Archives/JMTL
Avec Ronald Corey et Jean Béliveau.

Un ultime retour à 69 ans

Plusieurs années après ses derniers coups de patin dans la LNH, Howe veut ajouter un fait d’armes à son palmarès éloquent. En 1997, à l’âge de 69 ans, il signe un contrat d’un match avec les Vipers de Detroit, dans la Ligue internationale. Ainsi, il devient le premier joueur professionnel à prendre part à un affrontement dans six décennies différentes.

Globalement, Howe a été nommé à 23 reprises au sein de l’équipe d’étoiles de la LNH. Il compte à son actif six trophées Hart et autant de trophées Art-Ross. Aussi, il a remporté la coupe Stanley quatre fois dans les années 1950 et la coupe Avco à deux occasions (1974 et 1975).

La maladie

Dès février 2012, Howe souffre de démence. Continuant à multiplier les apparitions publiques, il a décidé de supporter la lutte à cette maladie incurable, d’autant plus que son épouse Colleen en est morte en 2009.
En raison d'un accident vasculaire cérébral subi en octobre 2014, il éprouvait certaines difficultés d'élocution, poursuivant néanmoins ses apparitions publiques, au grand plaisir des amateurs.