/travel/destinations
Navigation

Les bonnes adresses à La Havane

Coup d'oeil sur cet article

Il y a une ambiance indescriptible à La Havane. Un « je ne sais quoi » qui fait qu’on a envie d’y flâner encore et encore. Une fois les classiques vus, voici quelques adresses à découvrir pour continuer l’exploration.

Après avoir visité les quatre majestueuses places principales qui structurent la vieille ville et le centre de La Havane, après avoir découvert le musée du rhum et suivi les traces d’Hemingway aux touristiques bars Floridita et Bodeguita del Medio, il y a encore bien d’autres endroits à ­découvrir dans la capitale cubaine.

Pour prendre le pouls de La Havane­­, reconnue au patrimoine mondial de l’UNESCO, il faut tout d’abord se rendre à la Plaza Vieja, puis grimper sur le toit de l’édifice Gomez Vila où se trouve la Camera Obscura, ou chambre noire, qui permet d’observer la ville. Imaginé par Léonard de Vinci, le concept de la Camera­­ Obscura, au huitième étage de l’édifice, permet, grâce à des principes de réflexion de la lumière, de voir sur un écran circulaire la vie qui suit son cours dans les rues de La Havane, et ce, à 360 degrés et en temps réel. Pour moins de trois dollars­­, les ­projections sont expliquées par un guide pendant une dizaine­­ de ­minutes. Prenez le temps par la suite de vous rendre sur le toit adjacent à la chambre noire pour profiter de la vue.

Trinquer

Il y a de nombreux bars et cafés à La Havane, mais certains sortent du lot. Pour le café, c’est le cas du ­splendide café O’Reilly, installé sur la rue du même nom. La déco à la mode est extrêmement chaleureuse et la puissante odeur de café qui y flotte réussit à elle seule à éveiller les sens. On peut y prendre une bière et déguster un sandwich, mais l’incontournable­­, c’est de demander le café O’Reilly: un café glacé frappé auquel on ajoute un peu de rhum.

Quand la température de plus de 30 degrés devient insupportable, rendez­­-vous à la microbrasserie Cervecería­­ Antiguo Almacén de la Madera y el Tabaco, sur le port de La ­Havane. Dans ce qui a été un ­immense entrepôt, derrière de larges vitres, on brasse des bières fraîches appréciées des Cubains... et des ­visiteurs. On s’installe aux tables ­intérieures ou encore sur la terrasse pour faire la dégustation de bières qu’on pourra accompagner d’un ­repas savoureux. Essayez l’excellent plat de viande effilochée.

Goûter

Il y a quelques années seulement, personne n’aurait cru cela possible. Pourtant, il est désormais utopique de penser obtenir une place dans les paladares réputés sans avoir réservé. Si Cuba a longtemps été connu pour sa cuisine fade et sans personnalité, les paladares, ces restaurants privés tenus par des familles, sont en train de changer la donne. Quelques-uns, à La Havane, se démarquent tout particulièrement, et ce, à des prix très raisonnables. C’est le cas du ­Dona Eutimia et du San Cristobal.

Le premier, situé dans une petite ruelle tout près de la place de la Cathédrale­­, dispose de quelques tables à l’intérieur ainsi que d’une jolie­­ terrasse. Ouvert depuis cinq ans, le Dona Eutimia propose des plats simples – entrées, poulet, porc ou poisson grillés –, mais bien faits. Une des spécialités de ce paladar, les frituras de malanga, des croquettes de patate douce avec sauce au miel, est très réussie. Accompagnez cette entrée de l’excellent mojito frappé de ­l’endroit, et vous serez au paradis.

Il faut réserver plusieurs semaines à l’avance pour réussir à avoir une place au désormais très connu San Cristobal, installé non loin du ­Capitole. Tous les visiteurs veulent en effet passer un moment là où s’est attablé Barack Obama, en mars ­dernier. Le chef, Carlos Cristobal Marquez Valdés, est un personnage en soi, le décor hétéroclite est fort accueillant et les tapas, viandes, poissons et fruits de mer sont très bons.

Admirer

Ce n’est peut-être pas l’arrêt qu’on pense faire en premier lieu à l’occasion d’une visite à La Havane, mais un tour au Musée national des beaux-arts de Cuba promet un agréable retour dans le temps et offre un regard différent sur l’histoire du pays. Dans la section sur l’art cubain, du 16e siècle jusqu’à aujourd’hui, on peut admirer, au fil des salles, des toiles évoquant la conquête puis l’esclavagisme de l’industrie du sucre, de l’art contemporain ­cubain ainsi que des œuvres représentant la période révolutionnaire du milieu du siècle dernier.

Le Gran Teatro de La Habana, ou Grand Théâtre de La Havane, inauguré en 1838, vaut le détour ne serait-ce que pour son architecture néo-baroque extérieure, particulièrement impressionnante lorsque les détails sont éclairés en soirée. Si vous arrivez à réserver des billets pour le Ballet ­national de Cuba ou pour l’Orchestre symphonique de Cuba, vous passerez une soirée inoubliable.

Informations

Camera Obscura

Plaza Vieja, ouvert tous les jours de 9 h à 17 h, sans réservation

Café O’Reilly

304, rue O’Reilly, sans réservation

Musée des beaux-arts

ouvert du mardi au vendredi, rue Trocadero entre Zulueta et Monserrate­­, sans réservation

San Cristobal

Il faut réserver plusieurs semaines à l’avance, le mieux est de faire appeler votre agence ou votre hôtel

Dona Eutimia

#60-C ruelle del Chorro, écrivez un message privé sur Facebook plusieurs jours à l’avance pour réserver: https://www.facebook.com/paladardona.eutimia

Gran Teatro de la Habana

10 600 Paseo de Martí, le mieux est certainement de faire appeler une agence ou votre hôtel

Cervecería Antiguo Almacén de la Madera y el Tabaco

Au coin des avenues Puerto et San Pedro, sans réservation