/24m/transports
Navigation

Transport en commun: une tarification sociale demandée

Trop pauvres pour prendre le métro

Transport en commun: une tarification sociale demandée

Coup d'oeil sur cet article

Le prix du transport en commun défavorise les personnes à faible revenu, selon des organismes qui demandent une tarification sociale, adaptée aux ressources des plus démunis.

«Avec 947 $ par mois, 620 $ de loyer et de quoi manger et m’habiller, je n’ai pas les moyens de m’acheter ma passe d’autobus», affirme Bernadette Duval, 58 ans, qui manifestait mardi avec une quarantaine de personnes devant le métro Mont-Royal pour une tarification sociale dans les transports en commun. 

«Moi, j’utilise ma bicyclette et les trois quarts de temps je marche, ajoute-t-elle. Je connais plusieurs personnes qui ne sortent plus de chez eux, certains n’ont pas pu venir manifester à cause de ça».

Facteur d’exclusion

C’est pour lutter contre cette exclusion sociale que le Mouvement collectif pour un transport public abordable demande au ministre des Transports, Jacques Daoust, une consultation publique provinciale sur la tarification sociale.

«On dit qu'il y a des services communautaires, des banques alimentaires, mais certaines personnes ne peuvent pas se déplacer à cause du tarif, d’autres se nourrissent au dépanneur ou ratent des rendez-vous chez le médecin», explique Jérémy Dhavernas, porte-parole du Mouvement.

Tarif proportionnel au revenu

Avec la mise en place d’un tarif réduit pour les personnes à faible revenu, le coût du transport en commun serait donc proportionnel au revenu. Cette mesure a déjà été implantée dans quelques villes du Canada, dont Calgary, Hamilton et bientôt Edmonton.

«On a travaillé avec un comité de la STM [Société de transport de Montréal] durant toute l’année et pour commencer, ça pourrait être 40 % de réduction comme ce qui se fait pour les ainés et les étudiants», poursuit M. Dhavernas, qui croit que la création de l'Autorité régionale de transport métropolitain serait le moment idéal pour implanter ce type de mesure dans les grilles tarifaires.

Rien de prévu

À la STM, on rappelle que la responsabilité du cadre tarifaire du transport collectif à Montréal relèvera de l’Autorité régionale de transport métropolitain, selon la loi 76 sur la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine.

«Il n’y a pas de mesures inscrites spécifiquement dans la loi sur la nouvelle gouvernance et à cet égard, ce sera à l’Autorité à décider de la grille de tarification», d’ajouter Melissa Turgeon, attachée de presse du ministre Daoust.

Rappelons que la STM offre notamment des tarifs réduits aux jeunes, aux étudiants et aux 65 ans et plus.

  • Montréal (passe mensuelle: 82 $, un passage : 3,25 $)
  • Toronto (passe mensuelle: 141,50 $, un passage : 3,25 $)
  • Vancouver (passe mensuelle: de 91 à 170 $, un passage : de 2,75 à 5,50 $)
  • Boston (passe mensuelle: 75 USD, un passage : 2,10 USD)