/entertainment/movies
Navigation

Bon Cop, Bad Cop 2: la complicité retrouvée

Coup d'oeil sur cet article

Même si 10 années se sont écoulées depuis la sortie du premier film Bon Cop, Bad Cop, Patrick Huard et Colm Feore n’ont pas eu de mal à replonger dans le feu de l’action.

«C’est comme si ça faisait seulement trois jours qu’on n’avait pas tourné ensemble, ajoute l’acteur qui a aussi écrit le scénario du nouveau film.

«On est tout de suite retombé dans ce personnage-là. Parce que, pour moi, le personnage principal de Bon Cop est le duo qu’on forme Colm et moi.»

Cette forte complicité entre les deux acteurs a d’ailleurs tout de suite impressionné le cinéaste Alain DesRochers (Nitro) qui succède à Érik Canuel à la réalisation du nouveau film.

«La chimie entre Patrick et Colm est fantastique, lance Alain DesRochers. C’était fascinant de voir que c’est revenu tout de suite. Dès la première fois qu’ils se sont retrouvés ensemble, c’était comme s’ils s’étaient vus la veille.»

L’intrigue du nouveau film se déroulera une dizaine années après la fin du premier. Les détectives Bouchard (Huard) et Ward (Feore) doivent de nouveau faire équipe, cette fois-ci pour enquêter sur une affaire de terrorisme.

Pour les scènes tournées mercredi, une portion de l’hôpital Royal-Victoria avait été transformée en une ambassade américaine. On a pu voir notamment une équipe du FBI procéder à une arrestation musclée impliquant le personnage de Bouchard (Huard).

Autoroute fermée

Le tournage de Bon Cop, Bad Cop 2 a débuté le 22 mai dernier et se terminera le 18 juillet. Plusieurs séquences importantes ont été tournées jusqu’à maintenant, dont certaines scènes d’action se déroulant sur une autoroute.

«On a commencé le tournage en tournant de nuit sur l’autoroute Décarie qui avait été fermée pour l’occasion. C’était spécial», raconte le producteur Pierre Even.

Le film devrait prendre l’affiche l’été prochain et inutile de dire que les attentes sont énormes. Rappelons que le premier Bon Cop (sorti à l’été 2006) détient toujours le record du plus grand succès de l’histoire du box-office canadien avec des recettes de 12 M$.

«On sait très bien que les attentes sont élevées, mais on ne peut pas contrôler ces choses-là, souligne Patrick Huard.

«Tout ce qu’on peut faire, c’est essayer de faire le meilleur film possible avec le plus grand respect de notre public. Le public a déjà payé pour le film puisqu’il est produit en partie avec son argent. Il faut donc que ce soit fait avec respect et avec qualité. Je veux que quand ils vont aller s’asseoir dans la salle pour voir le film, les gens s’aperçoivent qu’on s’est défoncés pour faire le meilleur film possible.»

 

Une distribution résolument bilingue

Michael Madsen
Photo WENN.com
Michael Madsen

Un acteur fétiche de Quentin Tarantino est passé à deux doigts de jouer dans la suite de Bon Cop, Bad Cop.

Michael Madsen, un acteur qu’on a pu voir dans plusieurs films de Tarantino (dont Kill Bill et Les 8 Enragés) mais aussi dans Thelma et Louise, avait accepté de jouer un rôle dans le film québécois.

Il avait même fait le voyage à Montréal pour participer au tournage, mais il a finalement dû annuler mardi pour des raisons de santé.

«On avait pensé à lui parce qu’on cherchait un Américain pour jouer le rôle d’un agent du FBI, explique le producteur François Flamand.

«C’est dommage que ça ne marche pas, mais on a quand même réagi vite. On a contacté mercredi un très bon acteur canadien, Andreas Apergis, qui était disponible et qui est arrivé ce matin très motivé.»

Comme le premier film, Bon Cop, Bad Cop 2 misera sur une distribution bilingue composée de vedettes québécoises et ontariennes.

Lucie Laurier et Sarah-Jeanne Labrosse reprendront leurs rôles respectifs tandis que l’acteur Marc Beaupré et l’humoriste Mariana Mazza camperont de nouveaux personnages.

Du côté anglophone, les acteurs Noam Jenkins et Neil Crone auront des rôles importants.

Parmi les apparitions surprises, mentionnons que le chroniqueur judiciaire Claude Poirier jouera son propre rôle!