/news/politics
Navigation

Le gouvernement Couillard endosse les patates en poudre dans les CHSLD

Gaetan Barrette
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir défendu la politique d’un bain par semaine, le gouvernement Couillard justifie maintenant l’usage des patates en poudre dans les CHSLD.

«Ce qui est surtout acceptable, c’est un menu complet et bien fait. De dire qu’on coupe sur la qualité des aliments, c’est une chose, mais le choix de menus reste assez diversifié. Les choix que je fais à la maison, c’est des choix avec le budget que j’ai, et c’est exactement ce qu’ils font (dans les CHSLD)», a lancé la ministre responsable des Aînés Francine Charbonneau à l’entrée du conseil des ministres mercredi.

Le Journal a révélé ce mercredi matin que les raisins, le chou-fleur, le bacon et le veau ont été retirés du menu de 12 CHSLD et deux hôpitaux de Montréal au cours des derniers mois parce qu’ils coûtent trop cher. Même les vraies patates pilées ont été remplacées par des pommes de terre déshydratées.

Mme Charbonneau croit qu’il est normal que les CHSLD fassent des choix, tant que les menus restent équilibrés. «On fait des choix alimentaires, mais toutes les familles du Québec en font. Les familles du Québec ont toutes une réflexion à faire. Le choix des CHSLD leur appartient. Il faut simplement s’assurer que c’est équilibré.»

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a lui aussi défendu cette mesure. «Les CHSLD, comme n’importe quelle institution, doivent s’adapter à la situation actuelle, celle du marché. La qualité de la nourriture sur le plan nutritionnel ne change pas. Les services sont donnés», a-t-il lancé à la presse parlementaire.

À son avis, les menus sont «adéquats», même si on sert des patates en poudre aux personnes malades. «Ils font les mêmes choix économiques que tout le monde en fonction du marché», a ajouté M. Barrette.

Où est le plaisir?

La Coalition avenir Québec dénonce la position gouvernementale qui ne tient pas compte selon elle de la qualité de vie des aînés. «On nous dit que les débarbouillettes c’est mieux que des bains, puis que les patates en poudre c’est mieux que des vraies patates. Ça va être quoi demain?», a lancé le député caquiste François Paradis en entrevue avec Le Journal.

M. Paradis rappelle que manger, c’est un «plaisir», et que pour bien des aînés, il s’agit d’un moment très important de la journée. «Il y a des considérations économiques, mais comprenons que dans les CHSLD, la politique alimentaire, c’est majeur. La majorité des aînés et de leur famille, la principale préoccupation, c’est le menu et les aliments qui sont servis», a affirmé M. Paradis.

Le Conseil de la protection des malades en furie

Du côté du Conseil de la protection des malades, on déplore que le gouvernement endosse cette décision. «Si c’est si délicieux des patates en poudre, est-ce qu’ils en mangent chez eux les ministres?», lance le président de l’organisation, Paul Brunet. «C’est de la bullshit, on nous prend pour des tartes», a-t-il ajouté.

Ce dernier croit que ce choix alimentaire du réseau de la santé est un symptôme d’un phénomène plus large. «C'est facile de bourrer des gens qui ne sont pas conscients. Ça montre l’absence de valeurs profondes, de ce qu’on fait pour les personnes âgées. C’est très déconnecté», a-t-il dénoncé. 

Robert Tremblay, le résident de CHSLD qui a fait une plainte au CISSS concernant les patates en poudre, espère que le gouvernement changera d’avis.

«Le gouvernement est déconnecté. Ils n’auront pas le choix de reculer, ils ont tout le monde contre eux autres!», croit l'homme de 56 ans.

Ce dernier assure par ailleurs que des patates en flocons n’ont pas le même goût.

«Ça ne goûte rien!, dit M. Tremblay. J’ai été le seul à me plaindre, mais les personnes âgées n’ont pas de voix.» 

–Avec la collaboration d’Héloïse Archambault