/24m/transports
Navigation

Un rapport suggère de compliquer la vie des automobilistes à Montréal

Circulation
photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Pour réduire la dépendance aux énergies fossiles, un rapport de l'Office de consultation publique de Montréal suggère de réduire l’attrait de l’automobile en diminuant le nombre de places de stationnement et en interdisant la construction de stationnements étagés.

Ce document, dévoilé mercredi, présente 15 recommandations. Certaines proposent d’exercer des pressions politiques pour bonifier l’offre de transport en commun, mais plusieurs pistes ciblent directement les automobilistes et le secteur du transport.

Il est notamment proposé de réduire le nombre de places de stationnement, de réserver des voies au covoiturage, d’accélérer les espaces réservés au service d’autopartage et d’interdire la circulation des camions de livraison durant les heures de pointe.

Montréal est ainsi invitée à repenser son aménagement urbain en permettant de taxer les projets de construction résidentiels en zones non urbanisées et mal desservies par le transport en commun. Le rapport recommande aussi de réduire le nombre d’espaces de stationnements requis pour les nouvelles constructions.

Parmi les autres pistes de solution avancées, la Ville de Montréal est invitée à mettre fin à la politique de stationnement gratuit pour ses employés, à favoriser le télétravail pour le personnel municipal et à développer des plans de «gestion des déplacements pour tous ses sites d’emploi regroupant plus de 50 employés».

Le mandat confié à l’Office consistait à développer des «initiatives concrètes, ambitieuses et réalisables que la Ville de Montréal pourrait mettre en œuvre afin de réduire notre dépendance aux énergies fossiles». Le tout devrait faire en sorte que Montréal devienne une ville «exemplaire» tant au chapitre de ses pratiques que de sa propre gestion.

Ce rapport découle d’un processus de consultation qui a duré cinq mois et auquel ont participé 3500 citoyens.