/news/currentevents
Navigation

L’accident de Marjo a changé sa vie en mieux

Marjo
Photo Journal Montréal, Ben Pelosse Marjo, arrêtée pour conduite en état d’ébriété en 2014, n’a pas consommé une seule goutte d’alcool depuis plus de 9 mois.

Coup d'oeil sur cet article

La rockeuse Marjo affirme­­ avoir tiré des leçons positives de son arrestation pour conduite en état d’ébriété.

Sobre, pleine d’énergie, elle a choisi d’éliminer complètement l’alcool de sa vie, dans les semaines qui ont suivi sa mésaventure du 25 décembre 2014 au cours de laquelle elle avait embouti une voiture sur l’autoroute 15.

«Aujourd’hui, je me promène à pied et à vélo. Je suis très en forme. C’est ce que ça m’a donné, l’accident. Ça m’a donné des ailes.»

Le 2 juin dernier, elle a célébré ses neuf mois sans alcool.

«Je suis tellement fière, a-t-elle déclaré au cours d’une entrevue accordée au Journal, en prévision du spectacle qu’elle donnera à Longueuil, le 23 juin. Je suis déjà une fille qui déplace de l’air, à la base, mais depuis que je ne bois plus, mes musiciens se demandent où je vais chercher toute cette énergie. C’est effrayant!»

Plus de voiture

C’est en mars dernier que la rockeuse a plaidé coupable à des accusations de conduite dangereuse et de conduite avec les facultés affaiblies­­, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Le juge Paul Chevalier, qui l’a acquittée du chef de délit de fuite qui pesait contre elle, l’a tout de même condamnée à payer une amende de 4000 $ et lui a révoqué son droit de conduire pour une période de deux ans.

«Au début, j’ai trouvé ça dur, car on voudrait être sans tache, a-t-elle affirmé. Je crois que c’est peut-être quelque chose­­ qui devait m’arriver. Je crois que le destin existe.»

La méthode du calendrier

C’est grâce à ce qu’elle appelle la «méthode du calendrier» que la chanteuse soutient avoir été capable de mettre un terme à sa consommation d’alcool du jour au lendemain. C’est aussi grâce à cette technique qu’elle dit avoir éliminé la cigarette­­ de sa vie, il y a cinq ans.

«D’abord, on doit se préparer mentalement à arrêter. Puis, un matin, on doit décider que c’est aujourd’hui que ça se passe, a-t-elle expliqué. On prend alors un calendrier et on inscrit un premier “x” dans la case du jour. Quand les “x” s’accumulent, c’est très encourageant.»

Même si elle mise sur les changements positifs qui ont découlé de cette épreuve, Marjo ne minimise pas les conséquences qu’elle a entraînées.

En se départissant de sa voiture, elle rappelle qu’elle a été contrainte de quitter sa demeure de Morin-Heights, dans les Laurentides, afin de faciliter ses activités professionnelles.

«Je vivais dans le nord depuis 2004, a-t-elle souligné. J’y suis retournée, en autobus, pour voir des amis. C’est là que j’ai réalisé que ce que j’aimais vraiment, lorsque je vivais là-bas, c’était le calme et le silence.»

Après avoir traversé une courte période d’adaptation, Marjo a appris à goûter la «belle­­ énergie» qui règne en ville.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.