/opinion/columnists
Navigation

La religion face aux femmes et aux gais

US-CRIME-SHOOTING
Photo AFP Et Omar Mateen, ce haineux tordu, est un soldat qui a répondu à l’injonction du Prophète en choisissant les gais comme cibles de son carnage.

Coup d'oeil sur cet article

On ne peut pas mettre sur le même pied d’égalité le combat des gais et celui des femmes. Les gais appartiennent à une minorité sexuelle alors que les femmes représentent la moitié de l’humanité.

Cependant, les religions, toutes les religions, ont des problèmes face aux homosexuels et aux femmes en général.

La femme a toujours été considérée comme un objet de péché, et ce, depuis qu’Ève a entraîné Adam à croquer le fruit défendu dans le paradis terrestre. À partir de ce récit si emblématique dans le premier livre de la Bible, l’on peut comprendre que le sort de la femme a été scellé pour deux millénaires.

Libération sexuelle

C’est au prix de batailles épiques menées par des esprits éclairés et au 20e siècle avec l’aide de la science que les femmes ont réussi à parvenir à une égalité de droits et à une libération sexuelle telle qu’on la constate dans nos sociétés dites avancées. La femme a pu contrôler son corps grâce à la pilule anticonceptionnelle dans les années 60. L’Église catholique, à ce jour, s’oppose toujours officiellement à cette forme de contraception, manière d’exercer son ascendant sur le corps féminin.

J’appartiens à la dernière génération de femmes à qui l’on a enseigné qu’en tant qu’héritière d’Ève nous étions des objets de péché pour les hommes. Néanmoins, la culpabilité des femmes se perpétue même si ces dernières se sont affranchies de tout dictat religieux et moral en matière de sexualité.

Rares sont les hommes d’Église, célibataires moins par choix que par obéissance à l’autorité ecclésiale, qui ont à l’égard des femmes un comportement «normal». Ève, la tentatrice, n’est en ce sens jamais très loin d’Adam.

Préceptes islamiques

Au sein de l’islam, les femmes n’ont ni les mêmes droits ni un accès à l’espace public. Elles sont souvent confinées, mises à l’écart du pouvoir, et servent avant tout à la reproduction. Elles sont esclaves du mâle, peuvent être battues, lapidées, violées et éventuellement tuées. Le voile dont on les recouvre fait disparaître leur corps, mais avant tout leur âme.

Dans ce contexte, il faut s’attendre à ce que de futurs attentats commis par des djihadistes visent aussi des assemblées de féministes, ces fossoyeuses du mâle et de son pouvoir phallique.

Au 9e siècle, dans un hadith auquel les musulmans confèrent un caractère sacré, Mahomet déclarait: «Quiconque vous trouvez coupable de sodomie, tuez-le aussi bien que celui qui se laisse sodomiser.»

Les homosexuels sont des parias dans les sociétés musulmanes. De nos jours, on les tue après les avoir flagellés et lapidés. On nie leur existence, mais cela n’empêche pas les fous de Dieu de fantasmer sur eux. L’Église catholique a toujours condamné les pratiques homosexuelles comme celles hors mariage des hétéros. Mais il n’y a que dans l’islam qu’on tue les gais. Et Omar Mateen, ce haineux tordu, est un soldat qui a répondu à l’injonction du Prophète en choisissant les gais comme cibles de son carnage.

Ces chasseurs de pureté souhaitent notre mort culturelle. Quelles armes leur opposerons-nous?

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.