/opinion/columnists
Navigation

L’égoïsme de députés

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins de 11 députés à l’Assemblée nationale ont déjà démissionné depuis l’élection du 7 avril 2014 et ainsi rompu le contrat moral conclu avec les électeurs de leur circonscription.

Celui de les représenter au Parlement de Québec pour les quatre années à venir, à moins d’une raison de force majeure. Seulement deux pouvaient invoquer cette condition, Pierre Karl Péladeau (famille) et Marjolain Dufour (état de santé).

Chaque démissionnaire nous sert avec des trémolos dans la voix le déchirement qu’il ressent à se séparer des militants et des électeurs de son comté. Mon œil!

Carrières personnelles

Pour neuf des 11 derniers déserteurs, leur plan de carrière personnelle était simplement bouché.

C’était le cas pour quatre libéraux: l’homme d’affaires Robert Dutil, l’ex-bâtonnier Gilles Ouimet, l’ex-ministre Marguerite Blais, exclus du conseil des ministres, et Yves Bolduc, ministre devenu un boulet pour le gouvernement.

Au PQ, les ex-leaders de l’opposition officielle, Stéphane Bédard et Bernard Drainville, ont vu leurs perspectives d’avenir chavirer avec l’arrivée d’un nouveau chef.

L’ex du Fonds de solidarité-FTQ et proche du couple Blanchet-Marois, Élaine Zakaïb, ne se voyait pas ailleurs que ministre vedette.

À la CAQ, Christian Dubé et Gérard Deltell ont trouvé des cieux plus valorisants.

Les « vedettes »

Le phénomène des circonscriptions réservées par les directions de parti pour des «vedettes» joue pour beaucoup.

Celles-ci n’ont pas de véritable sentiment d’appartenance. Elles ne résident généralement même pas dans leur circonscription d’adoption.

Elles sont souvent passées à la politique pour le prestigieux statut de ministre. Pour ces personnes, se séparer des colleux d’affiches n’a rien de douloureux.

D’autres, plus enracinées initialement, en ont marre de leur impuissance à tenter de régler des petits dossiers de citoyens ou à faire cheminer un organisme ou une municipalité, à travers des fonctionnaires indifférents à leurs représentations.

«Simple député» n’est pas à leur hauteur.