/news/health
Navigation

Une grande dose de fierté et un record

8000 cyclistes participent à La Boucle en Montérégie

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU | Quand Pierre Lavoie a décidé d’intégrer une portion accessible à tous au Grand Défi qui porte son nom, il ne s’est pas trompé. Un nombre record de 7000 adeptes du vélo se sont joints au peloton de 1000 cyclistes lors de La Boucle 2016, samedi, en Montérégie.

Sous un soleil de plomb, ils étaient 2000 personnes de plus que l’an dernier pour cette randonnée de 130 km.

«L’an prochain, on sera 10 000!», a lancé en riant l’initiateur du projet, qui a été acclamé en héros à son arrivée sur les lieux.

Comme les participants du 1000 km, partis jeudi de Saguenay, ceux de La Boucle ont eu droit à la présence d’avions CF-18 avant le départ donné au Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu.

«C’est une fierté pour le mouvement qui grandi à travers les gens, a constaté M. Lavoie. Ce ne sont pas des professionnels, ce sont des gens ordinaires qui ont pris leur vélo et qui s’en servent comme outil de changement pour leur mode de vie. Ils deviennent des modèles familiaux et au travail. Cette influence n’a pas de prix.»

Plaisir contagieux

Le fondateur du Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL) ne pouvait pas demander un meilleur exemple que celui de Sabrina Seyer, qui a convaincu des proches de l’accompagner après s’être initiée au cyclisme l’an dernier lors de La Boucle à Montmagny.

«J’ai entraîné ma sœur Marie-Sophie et ses patrons d’Optique Richard Santello, a raconté la jeune femme. Ce ne fut pas trop difficile de les convaincre, il y avait déjà un engouement. Je voulais revenir, c’était non négociable! C’est intéressant de voir que chaque personne a sa petite histoire.»

Changer les mentalités

L’organisation de l’événement a fait ses devoirs afin de mieux connaître sa clientèle et les chiffres sont impressionnants.

«On sait que 80 % des gens qui sont là étaient sédentaires ou presque un an plus tôt, a assuré M. Lavoie. Chaque personne a une immense influence autour de lui. Le meilleur ambassadeur, c’est ton voisin!»

«Il fallait faire 130 km pour pousser les gens à changer leur mode de vie afin de réussir et ainsi embarquer leur famille et leur entourage. C’est comme ça qu’on réussit à changer une société.»

Les compagnies dans l’aventure

De plus, la communauté des affaires s’engage dans ce mouvement, permettant à ses employés de relever de nouveaux défis.

«Il y a des centaines d’entreprises représentées. On démontre que c’est possible de travailler fort et de faire de l’exercice en même temps afin d’avoir un bon équilibre, a souligné le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion. Québecor est là depuis sept ans et on sera présent pour plusieurs années encore. C’est probablement le plus grand mouvement de santé que le Québec ait connu. C’est unique.»

Dernier sprint

En soirée, le peloton du 1000 km se rendra à Châteauguay, puis à Pincourt durant la nuit.

Dimanche, les cyclistes passeront dans l’arrondissement de Verdun à Montréal avant de conclure le GDPL au Stade olympique, où 5000 enfants auront dormi dans le cadre de la Grande Récompense du Défi des cubes énergie.