/sports/golf
Navigation

Imbroglio sans conséquence

SPO-GLF-MAJ-USG-U.S.-OPEN---FINAL-ROUND
Photo AFP Dustin Johnson a été ­rejoint par son fils Tatum et sa conjointe Paulina Gretzky à sa sortie du 18e vert.

Coup d'oeil sur cet article

OAKMONT | L’Association de golf des États-Unis (USGA) a littéralement gaffé, dimanche après-midi, en laissant pendre une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Dustin Johnson.

Elle a gâché un bel après-midi de golf et la marche vers le retour au pavillon en créant une controverse.

Mise en situation. Sur le vert du cinquième trou, la balle du grand Américain a bougé de quelques millimètres avant qu’il ne frappe son quatrième coup, un roulé pour la normale.

«DJ» a reculé et a averti l’officiel. Aucun coup de pénalité ne lui a été imposé sur le parcours.

Mais les officiels sont revenus à la charge après avoir révisé les images de la séquence alors que le golfeur s’apprêtait à effectuer son coup de départ au 12e.

Décision en suspens

Ils ont remis en question la raison qui a fait bouger la balle sur la surface après les élans de pratique du golfeur. Le hic, c’est qu’ils ne l’ont pas pénalisé sur le terrain, l’informant plutôt que la situation serait réglée après la ronde et qu’un coup de pénalité pourrait lui être imposé. Ils auraient dû clarifier la situation sur le champ plutôt que de semer le doute et créer un imbroglio monstrueux.

S’ils avaient en effet averti tous les joueurs sur le parcours de la ­situation conflictuelle, c’est qu’ils avaient de bonnes présomptions.

Selon le livre des règlements de la USGA, «une exception a été ajoutée à l’exonération d’une pénalité imposée au joueur si sa balle bouge à l’adresse quand c’est connu et virtuellement certain que celui-ci n’a pas fait en sorte qu’elle bouge, est-il prévu à la règle 18-2b. Par exemple, si le mouvement est causé par le vent après l’adresse, il n’y a aucune pénalité et la balle doit être jouée de sa nouvelle position.»

«En regardant la vidéo, nous avions des doutes que la balle avait bougé avec la proximité du fer droit et la façon dont celle-ci a bougé dans la seconde suivant son mouvement de pratique, a expliqué l’officiel en chef, Jeff Hall, après la remise du trophée. Nous devions avertir Dustin, parce que nous avions des doutes. Nous lui avons posé une ­question critique à laquelle il a bien ­répondu.»

Les officiels lui ont finalement imposé ce coup de pénalité au moment de signer sa carte. Heureusement, celui-ci n’a eu aucun effet sur le classement final.

Vives réactions des joueurs

La situation a soulevé l’ire des pairs de Johnson. Les messages d’appui à celui qui cherchait à remporter un premier titre ­majeur ont fusé de toutes parts.

«Laissez-moi rectifier le tir. DJ n’a pas «adressé» la balle. Selon le règlement, il n’a pas fait bouger la balle. Maintenant on nous dit qu’il l’a fait bouger. Maintenant? C’est une vraie farce», a écrit le champion de 2015, Jordan Spieth, sur son compte Twitter, alors que son compatriote livrait encore bataille à Lowry.

«Le fait que la USGA croit que DJ a fait bouger cette balle est complètement ridicule. C’est risible», a gazouillé Rickie Fowler, qui était encore à Oakmont, hier.

«Le traitement que réserve la USGA à Dustin est absolument choquant. Il n’a fait bouger la balle d’aucune façon», a signé le gagnant du championnat à Oakmont en 1994, Ernie Els.

Les golfeurs l’ont ensuite félicité tout en ­lançant des flèches empoisonnées à la USGA.

 

Sur le même sujet