/finance/business
Navigation

La demande est en hausse: Ford parie sur les autos hybrides et électriques

La demande est en hausse: Ford parie sur les autos hybrides et électriques
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Ford Motors est convaincu que les véhicules hybrides et électriques vont finir par remplacer les automobiles traditionnelles, même si elles représentent seulement de 2 % à 3 % des ventes automobiles, présentement, en Amérique du Nord.

«Nous devons diminuer les émissions de CO2, améliorer la planète et en faire un meilleur endroit à habiter», a dit à Argent Kevin Layden, directeur de l’ingénierie, groupe motopropulseur, au sein de Ford Motors.

L’an dernier, le fabricant américain a vendu 1519 véhicules hybrides, hybrides rechargeables et électriques, à travers le Canada. Ford propose actuellement six modèles aux automobilistes, dont la C-MAX, la Fusion et la Focus, mais l’offre sera bonifiée de 13 nouveaux véhicules au cours de la prochaine décennie.

Ford veut convertir des modèles traditionnels qui sont déjà sur le marché en véhicules hybrides, hybrides rechargeables ou électriques. C’est pour cette raison que le constructeur américain a misé 4,5 milliards $ sur les autos hybrides et électriques, il y a quelques mois. La somme servira à financer la recherche et le développement des voitures électriques.

«Notre but est d’étendre l’offre pour vendre encore plus de véhicules en Amérique du Nord où la demande augmente déjà», a poursuivi Kevin Layden. Le dirigeant a précisé que 40 % des acheteurs de la berline Lincoln MKZ, disponible en versions régulière et hybride, optent pour le modèle hybride.

Le dirigeant, qui travaille à Détroit, était de passage à Montréal lundi pour participer au World Electric Vehicule Symposium and Exhibition, une importante conférence internationale sur les véhicules électriques.

Les infrastructures de recherche

Pour accroître les ventes de voitures hybrides et électriques, Kevin Layden pense que certains enjeux doivent être abordés et réglés. Il croit que l’infrastructure de recharge doit être bonifiée, possiblement en partenariat avec le secteur immobilier, pour attirer certains acheteurs, même si la plupart des automobilistes pourraient se contenter d’une borne à la maison.

«Les automobilistes qui conduisent moins de 100 km par jour peuvent recharger leur auto électrique, uniquement à la maison», a dit M. Layden, soulignant que c’est le cas pour la majorité des conducteurs, environ 80 % d’entre eux.

Kevin Layden a souligné que les rabais, comme celui offert aux acheteurs par le gouvernement du Québec, peuvent aussi être un excellent incitatif pour mousser les ventes auprès des consommateurs. Québec accorde un rabais pouvant atteindre 8000 $ pour l’achat d’un véhicule électrique et une somme de 600 $ pour l’achat d’une borne de recharge pour le domicile.