/news/society
Navigation

Le garder en poste est «inacceptable»

Yves Francoeur
Photo d'archives Yves francœur
Fraternité

Coup d'oeil sur cet article

La Fraternité des policiers de Montréal trouve «inacceptable» qu’un haut gradé du SPVM conserve son poste d’inspecteur et remet en question le jugement du chef Philippe Pichet qui le garde dans ses rangs.

«Son travail est d’enquêter sur les policiers, alors il ne peut pas continuer ce rôle en étant visé par une enquête, s’indigne Yves Francœur, président de la Fraternité. On exige qu’il soit déplacé à d’autres fonctions».

Réactions

Les réactions n’ont pas tardé lundi après que le Bureau d’enquête eut révélé que des allégations de nature criminelle planent au-dessus de l’inspecteur du Service de police de Montréal, Costa Labos.

«C’est troublant, ce n’est pas digne d’un policier, lance le porte-parole de Projet Montréal en matière d’éthique Alex Norris. Il devrait être relevé temporairement de ses fonctions durant l’enquête.» Pour Yves Francœur, ses révélations ne sont pas «surprenantes».

«J’ai rencontré M. Pichet il y a deux semaines concernant Labos sur ses jugements défavorables envers nos policiers, dit-il. On ne veut plus qu’il soit sur des comités, surtout pas avec cette enquête».

Jugement

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé s’est dit lui aussi «troublé».

«Ce sont des allégations très sérieuses, susceptibles de miner la crédibilité du SPVM, a-t-il dit avant de rappeler que le policier a droit à la présomption d’innocence.

Pour le député de Québec solidaire Amir Khadir, ce «genre d’irrégularités gaspillent l’énergie de la police qu’on voudrait voir consacrer aux suspects de la corruption».

Le ministre de la Sécurité publique n’a pas voulu commenter lundi.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.