/entertainment
Navigation

L’Apocalypse Disco de Zïlon à Repentigny

Lumières et musique accompagnent les nouvelles œuvres de l’artiste

Coup d'oeil sur cet article

Ses graffitis ornent les immeubles et les ruelles de Montréal depuis quatre décennies. Mais dès ce soir, c’est au Centre d’art Diane-Dufresne de Repentigny que le peintre Zïlon installe ses œuvres, sur invitation personnelle de la diva.

Tracés au feutre ou à l’aérosol, les personnages androgynes de Zïlon font partie du paysage montréalais depuis les années 1980, alors qu’il était une des figures de proue du mouvement punk et underground de la ville.

« Nous sommes très passionnés et à la fois adulés et détestés.» – Zïlon, à propos de Diane Dufresne et de lui-même

Et c’est exactement à cette époque qu’il tente de rendre hommage avec Apocalypse Disco, sa plus récente exposition dans laquelle lumière et musique s’uniront à une trentaine d’œuvres inédites, créées spécialement pour l’occasion. Son but: recréer l’atmosphère d’une discothèque endiablée des années 1980, appuyée par les rythmes new wave de l’époque.

Des univers semblables

C’est en novembre dernier que Zïlon a rencontré Diane Dufresne, lors de l’inauguration du centre d’art portant son nom à Repentigny. Les deux artistes ont vite réalisé que leurs univers déjantés et excentri­ques présentent des liens de parenté évidents. Quel­ques minutes plus tard, l’invitation était lancée.

«On se ressem­ble, tous les deux; elle a du caractère et moi aussi. Nous sommes très passionnés et à la fois adulés et détestés. C’est ce qui arrive quand on se retrouve dans l’œil du public, sous un microscope, depuis autant d’années», explique le peintre.

Troublé par Orlando

Très impliqué au sein de la communauté LGBT, Zïlon avoue avoir été «estomaqué» par la récente tragédie où 49 personnes ont perdu la vie dans un club gai de Floride. Les événements d’Orlando lui ont ramené en mémoire les années 1980, marquées par «la violence, les descentes policières et les protestations dans le milieu gai».

«Aujourd’hui, on peut se promener dans la rue à Montréal. Mais des événements comme celui de Floride, ça nous rappelle qu’il ne faut pas être naïf; on doit toujours rester vigilant et garder les yeux ouverts», explique-t-il


♦ L’exposition Apocalypse Disco de Zïlon se tient jusqu’au 4 septembre au Centre d’art Diane-Dufresne de Repentigny.