/finance/business
Navigation

TouchTunes est à Montréal pour y rester

Son juke-box est utilisé dans 75 000 établissements

GEN-TOUCHTUNES
Sébastien St-Jean / Agence QMI Quentin Gallet, vice-président production de TouchTunes et directeur général du bureau montréalais de l’entreprise, Charles Goldstuck, président du conseil et directeur général de TouchTunes, et Ross Honey, président et directeur des opérations, ont inauguré les nouveaux bureaux de l’entreprise, mardi, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise TouchTunes vient d’investir plusieurs millions de dollars pour consolider ses activités de recherche et développement à Montréal, même si son siège social se trouve à New York depuis quelques années. Le distributeur de musique a élu domicile dans de nouveaux locaux du quartier Mile-Ex, mardi après-midi.

«Dans notre secteur, nous sommes très, très technos. On a besoin d’employés qui ont une grande expérience, beaucoup de savoir-faire, qui ont fréquenté de bonnes écoles (il y en a à Montréal) et qui sont créatifs», a dit Quentin Gallet, vice-président production de TouchTunes et directeur général du bureau montréalais de l’entreprise.

TouchTunes a conçu un juke-box et une application qui permettent aux clients de bars et de restaurants d’écouter les chansons de leur choix lors de sorties. Le juke-box et l’application de la société, fondée à Montréal en 1998, sont utilisés dans 75 000 établissements, dont 65 000 se trouvent au Canada et aux États-Unis.

70 % de son marché

En Amérique du Nord, l’entreprise contrôle 70 % de son marché, ce qui la positionne loin devant son principal concurrent, Ami. Les autres clients de TouchTunes se trouvent au Royaume-Uni, où la compagnie a fait l’acquisition de Soundnet, en 2014. Cette année, TouchTunes a mis la main sur une entreprise de Vancouver, Music Direction.

«Notre plate-forme nous permet de nous adapter très rapidement à la demande des amateurs de musique. Par exemple, à la mort de Prince, on a créé une “playlist” en sa mémoire», a dit Quentin Gallet. Le dirigeant, qui a travaillé 10 ans chez Ubisoft, a précisé que les maisons de disque, les bars, les restaurants et les opérateurs de la plate-forme TouchTunes reçoivent des redevances sur les frais payés par les utilisateurs.

Un milliard de chansons

TouchTunes distribue environ un milliard de chansons chaque année grâce à sa plate-forme. Mais l’entreprise n’a pas l’intention d’en rester là. Elle est en train de s’attaquer au secteur de la musique d’ambiance, distribuée dans les lieux publics, comme les magasins et les hôtels. Une autre entreprise montréalaise, Stingray, est active dans ce segment.

TouchTunes emploie environ 250 personnes au sein de ses bureaux, situés aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Une centaine d’entre eux sont établis à Montréal où une quinzaine de nouveaux postes devraient être créés à la suite de l’investissement.