/world/america
Navigation

Accord historique avec les Farc en Colombie

Cessez-le-feu définitif après plus de 50 ans de conflit

Coup d'oeil sur cet article

La Havane | La Colombie a franchi mercredi un nouveau pas décisif vers la paix avec la conclusion d’un accord sans précédent sur un cessez-le-feu définitif entre les Farc et le gouvernement, afin de tourner la page de plus d’un demi-siècle de conflit.

«Nous sommes parvenus à un accord pour un cessez-le-feu et une cessation des hostilités bilatérale et définitive», indique un communiqué commun des négociateurs des deux camps, sans préciser de date d’entrée en vigueur.

L’accord, qui définit les modalités de fin du conflit, point épineux des pourparlers de paix menés depuis fin 2012 à Cuba, concerne également «l’abandon des armes, des garanties de sécurité (pour la rébellion) et la lutte contre les organisations criminelles», explique le texte.

« Un grand jour »

Le détail de l’annonce sera dévoilé aujourd’hui en présence du président Juan Manuel Santos, du chef suprême des Farc Timoleon Jimenez (dit «Timochenko») ainsi que du président cubain Raul Castro et du ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende, représentants des pays médiateurs, selon le communiqué.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et les présidents des pays accompagnateurs Nicolas Maduro (Venezuela) et Michelle Bachelet (Chili) sont également attendus à La Havane.

«Demain sera un grand jour. Nous travaillons pour une Colombie en paix, un rêve qui commence à devenir réalité», a commenté le président colombien.

Avancée déterminante

Cet accord marque une avancée déterminante vers la conclusion des pourparlers entre gouvernement et Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), plus importante rébellion du pays avec quelque 7 000 combattants.

Pour Jorge Restrepo, directeur du Centre d’études, de recherches et d’analyse du conflit (Cerac), l’annonce est «historique» car désormais la «violence organisée ne servira plus comme mode d’opposition à l’État».

Le processus pourrait permettre de tourner la page du plus vieux conflit armé d’Amérique latine (1964), qui a officiellement fait 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,6 millions de déplacés depuis plus d’un demi-siècle.