/news/politics
Navigation

Eau puisée dans les Grands Lacs: le ministre Heurtel justifie le feu vert donné à Waukesha

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a défendu mercredi sa décision d’autoriser la ville de Waukesha, au Wisconsin, de puiser son eau potable dans le lac Michigan, assurant qu’il s’agissait d’un «cas exceptionnel» et non d’un précédent.

«On parle d’une ville dont la réserve d’eau potable habituelle est contaminée. Alors, elle a besoin de trouver son eau potable ailleurs. C’est un cas exceptionnel qui a été étudié et analysé [...] sérieusement et rigoureusement», a déclaré M. Heurtel.

Le Conseil régional des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, qui regroupe le Québec, l’Ontario et huit États américains, a autorisé la ville de Waukesha, en banlieue de Milwaukee, à puiser son eau potable dans le lac Michigan, et ce, même si elle ne fait pas partie du bassin versant des Grands Lacs.

Une entente signée entre les membres du Conseil prévoit en effet que seules les villes riveraines du bassin des Grands Lacs ont droit d’y puiser leur eau potable. Même si elle est située tout près du lac Michigan, Waukesha ne fait pas partie de son bassin versant.

Le Québec s’était d’abord opposé à la demande de la ville de 70 000 habitants, dont les sources d’eau potable présentent un taux anormalement élevé de radium.

David Heurtel a expliqué que son gouvernement était revenu sur sa décision après que Waukesha eut modifié sa proposition initiale et se soit engagée à respecter des conditions «très importantes». La ville aura notamment l’obligation de traiter les eaux usées qui seront rejetées dans le lac Michigan.

Le feu vert donné à Waukesha a déplu au maire de Montréal, Denis Coderre, et au Parti québécois, qui y voient un «dangereux précédent». David Heurtel a voulu se faire rassurant en martelant qu'il s'agissait d'une situation exceptionnelle.

«On fait jaillir le spectre qu’un moment donné, on va prendre de l’eau des Grands Lacs pour, je ne sais pas, alimenter le Texas ou vendre de l’eau. Ce n’est pas le cas ici», a insisté le ministre de l'Environnement.