/sports/others
Navigation

Une bombe

Coup d'oeil sur cet article

Quelque chose de gros dans le monde de l’athlétisme s’est produit dans un hôtel d’Espagne, lundi, avec l’arrestation de l’entraîneur Jama Aden. Pour tout dire, c’est une méchante bombe qui a explosé.

Au terme d’une longue enquête, les policiers ont effectué un raid à l’hôtel où logeaient cet entraîneur et son groupe d’entraînement et ont découvert de l’EPO, des stéroïdes anabolisants, des seringues usagées, etc.

Ce coup d’éclat nous rappelle une drôle de situation qui prévaut dans le milieu de l’athlétisme et certains sports de haut niveau. On sait tous quels athlètes se dopent. Ça se parle. Mais on ne va jamais pointer quelqu’un du doigt. Si tu ne les surprends pas la main dans le sac, tu n’as pas d’intérêt à agir ainsi.

On sait que des groupes d’influence et des gens hautement placés supportent des coureurs internationaux, mais porter des accusions non fondées sur la place publique, c’est quelque chose à ne pas faire. Par contre, le jour où des arrestations sont effectuées et que des histoires sortent, on se dit à chaque fois qu’on s’y attendait.

Des questions

Il y a toujours eu un point d’interrogation au-dessus de chacun des coureurs sur le circuit mondial «coachés» par Jama Aden. Il veille sur plusieurs coureurs du Qatar et du Bahreïn, mais ce sont souvent des athlètes kenyans, éthiopiens ou marocains qui ont changé de citoyenneté.

Par exemple, un coureur du Qatar, Hamza Driouch, champion du monde junior en 2012, a été suspendu pour deux ans en février 2015 pour irrégularité dans son passeport biologique. Au début, il a accusé cet entraîneur en plaidant que c’est lui qui lui avait administré des produits dopants, mais il a plus tard retiré ses paroles en disant que ce n’était pas lui. On en conclut qu’il y a des groupes d’influence qui ont dû lui demander de se taire.

Autre chose intéressante: le champion olympique sur 1500 m en 2012, l’Algérien Taoufik Makhloufi, avait complètement dominé cette course en finale des Jeux de Londres. Il était «coaché» par Jama Aden. L’année suivante, par hasard, il a changé d’entraîneur et, même s’il est encore sur le circuit, il n’est plus du tout au même niveau.

Le record douteux de Dibaba

Ce point d’interrogation a grossi l’an passé lorsque l’Éthiopienne Genzebe Dibaba a complètement explosé le record du monde du 1500 m. Ce record était décrit jusque là comme inatteignable parce qu’il avait été amélioré plusieurs fois dans les années 90 par des Chinoises qui étaient dopées, mais qui sont décédées dans les années suivantes, ce qui fait qu’on n’a jamais pu leur faire subir de nouveaux tests.

Dans le milieu de l’athlétisme, depuis ce nouveau record de Dibaba, il y avait un scepticisme répandu à son endroit. Tout le monde prétendait que ça n’avait aucun sens. Les gens disaient entre eux, «ça me marche pas, elle est en train de démontrer au monde entier que c’est trop évident...»

Et cette semaine, on apprend que Jama Aden s’est fait arrêter...

— Propos recueillis par Alain Bergeron