/news/consumer
Navigation

D’insalubre à impeccable après des amendes

Les propriétaires du Anna Pizzeria ont investi près de 10 000 $ pour tenter de retrouver sa réputation

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo Le Journal de Montréal, Romain Schué Armando et Diego Tognetti ont dû faire beaucoup d’efforts pour retrouver une clientèle perdue après plusieurs problèmes d’hygiène dans leur pizzeria, qui sert environ 75 pizzas par jour.

Coup d'oeil sur cet article

Après être tombé au plus bas avec trois amendes pour insalubrité, un restaurant de Montréal a décidé de se reprendre en main et de retrouver sa réputation.

«La baisse a été très rapide, quasiment du jour au lendemain. Les gens ont même cru qu’on avait fermé», assure Armando Tognetti­­, propriétaire, depuis 2006, avec son fils Diego du restaurant Anna Pizzeria, de Sainte-Thérèse.

À l’époque, ce restaurant qui existe depuis plus de 50 ans était au plus mal. En 2011, 2013 et 2014, il a reçu trois contraventions pour des problèmes de propreté. Le Journal avait rapporté cette insalubrité en juillet 2015.

Les patrons avaient dû supprimer deux postes à temps plein pour compenser la baisse de revenus. Les heures d’ouverture avaient également été réduites.

«On avait une bonne renommée, on roulait bien. Ça crée un confort, une fausse confiance en soi. C’est comme un beau garçon qui arrive toujours à séduire puis qui arrête de se brosser les dents. Ces amendes étaient justifiées, on les méritait, explique Diego Tognetti qui préfère positiver. Mais depuis, on fait plus attention, on a serré la vis.»

Travaux majeurs

Pour moderniser le restaurant, la direction d’Anna Pizzeria a investi plus de 10 000 $. Une climatisation a été installée dans la cuisine. Toutes les grilles d’entreposage, qui étaient notamment rouillées, ont été changées, tout comme une cinquantaine de contenants de sauce et de soupe. Un plan de travail en inox, plus facilement nettoyable, a remplacé l’ancien, en bois. Des murs ont aussi été rénovés et un sol en céramique a été posé.

Le cuisinier, présent entre 2011 et 2014, a quant à lui été remplacé et la vingtaine d’employés a reçu de nouvelles consignes, les propriétaires exigeant plus de rigueur.

Plus attentifs

«On est plus attentifs dans nos tâches, on sensibilise tout le monde, reprend Diego Tognetti­­. [...] Nous avons fait beaucoup de chemin et on veut s’en sortir, car ce restaurant, c’est notre fierté. On y tient».

Lors de la visite du Journal, le restaurant, la cuisine et les sous-sols étaient très propres. Aucun aliment ne traînait et les sols étaient bien nettoyés.

Ces améliorations ont d’ailleurs été notées dans le dernier rapport d’inspection réalisé le 13 mai dernier et aucune amende n’a été distribuée depuis 2014.

«Nous n’avons jamais eu de soucis avec des rats, des souris, des excréments d’animaux ou des viandes avariées. On veut rassurer les gens», déclare Armando Tognetti, qui a déjà dirigé plusieurs restaurants après son arrivée de Venise, en Italie, en 1966.

Ces efforts ont porté leurs fruits. La cinquantaine de chaises du restaurant serait à présent régulièrement occupée à environ 80 %.

Lorsqu’ils ont reçu des amendes

Accumulation de saleté sur les boutons de four

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo courtoisie

Étagère de rangement de vaisselle

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo courtoisie

Liquide visqueux dans le comptoir réfrigéré

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo courtoisie

Maintenant

Boutons du four propres

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo Le Journal de Montréal, Romain Schué

Étagère de rangement de vaisselle propre

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo Le Journal de Montréal, Romain Schué

Comptoir réfrigéré propre

Diego Tognetti Anna Pizzeria Diego Tognetti Anna Pizzeria
Photo Le Journal de Montréal, Romain Schué