/sports
Navigation

Guylaine Dumont intronisée

Maintenant, Dumont est conférencière dans le secteur de l’éducation et auprès des gens d’affaires en plus d’être thérapeute en relation d’aide et consultante en psychologie sportive.
BENOIT GARIEPY/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI Maintenant, Dumont est conférencière dans le secteur de l’éducation et auprès des gens d’affaires en plus d’être thérapeute en relation d’aide et consultante en psychologie sportive.

Coup d'oeil sur cet article

La Québécoise Guylaine Dumont a fait son entrée au Temple de la renommée de Volleyball Canada, vendredi soir, à Saskatoon.

Aux côtés d’Annie Martin, Dumont a réussi le meilleur résultat chez les volleyeuses de plage canadiennes aux Jeux olympiques en obtenant une cinquième place à Athènes en 2004. Plus tôt dans la saison, le duo avait terminé quatrième à la Coupe du monde de Norvège.

Au terme de cette campagne, Dumont avait choisi de prendre sa retraite définitive. Elle s’était retirée une première fois de la compétition en 1998, avant de revenir trois ans plus tard aux Jeux de la francophonie, où elle avait triomphé.

En 1998, la native du quartier de Saint-Étienne-de-Lauzon, à Lévis, avait été sacrée «meilleure joueuse de volleyball de tous les temps au Canada» par le magazine spécialisé «True North».

La carrière internationale de Dumont a commencé à 17 ans lorsqu’elle a rejoint l’équipe nationale. Entre 1989 et 2005, elle a mis la main sur 12 titres canadiens: neuf en volleyball de plage et trois en volleyball intérieur.

Pendant huit ans, la femme âgée aujourd’hui de 48 ans a évolué chez les professionnels en Italie et au Japon. Elle a d’ailleurs été nommée quatre fois au sein de la formation d’étoiles italienne.

Dumont a reçu le titre de joueuses de l’année sur le circuit canadien de volleyball de plage à quatre reprises entre 1996 et 2002.

Une vie bien remplie

Maintenant, Dumont est conférencière dans le secteur de l’éducation et auprès des gens d’affaires en plus d’être thérapeute en relation d’aide et consultante en psychologie sportive.

Elle a aussi cofondé Sport’Aide, une organisation qui voit à assurer un leadership dans la mise en œuvre d’initiatives favorisant le maintien d’un environnement sportif sain, sécuritaire et harmonieux pour les jeunes sportifs du Québec ainsi que les parties prenantes impliquées dans le sport, et ce, tant au niveau élite que récréatif.