/news/society
Navigation

Le sort des pitbulls inquiète à l’approche des déménagements

Pitbulls SPCA
Photo Courtoisie Malgré les nouveaux règlements pour interdire les pitbulls, la SPCA confirme avoir permis l’adoption la semaine dernière de Sofia (ci-dessus) et de Girl (Plus bas).

Coup d'oeil sur cet article

À moins d’une semaine de la journée des déménagements, la SPCA est inondée d’appels de propriétaires de pitbulls inquiets du sort réservé à leurs chiens, bientôt bannis dans plusieurs municipalités. 
 
La Société qui défend les droits des animaux rapporte que plusieurs maîtres sont inquiets d’être obligés de se séparer de leur bête.
 
«Les propriétaires vivent beaucoup d’anxiété en ce moment et ne savent pas trop quoi faire. Ils sont jugés par la population et ne veulent pas se débarrasser de leur chien, mais avec les nouveaux règlements, ils subissent un grand stress», explique Anita Kapuscinska, porte-parole de la SPCA.
 
À la suite du décès de Christiane Vadnais, mordue à mort par un pitbull à Pointe-aux-Trembles le 8 juin, plusieurs Villes, dont Montréal, Longueuil, Brossard et Québec, ont annoncé l’interdiction de ce type de chiens sur leur territoire.
 
De mai à août, période considérée comme celle des déménagements, le nombre d’animaux abandonnés, tous types confondus, grimpe de 600 à 1600, souligne Mme Kapuscinska.
 
Trop tôt, indique-t-elle, pour dire à combien se chiffrera le nombre de pitbulls abandonnés. 
 
Girl, une chienne de 3 ans, adoptée le 22 juin.
Photo Courtoisie
Girl, une chienne de 3 ans, adoptée le 22 juin.

Droit acquis

La Ville de Montréal rappelle que le nouveau règlement entrera en vigueur en septembre et que la Ville respectera le droit acquis des Montréalais déjà propriétaires de chiens de type pitbull.
 
«Les propriétaires n’ont pas à craindre pour leurs pitbulls parce qu’ils ne seront pas soumis à l’abattage. On établit une série de mesures préventives qu’ils devront respecter, mais ils n’auront pas à se départir de leur animal», rappelle Marc-André Gosselin, attaché de presse du maire de Montréal, Denis Coderre.
 
Il indique que les maîtres seront obligés de faire stériliser leur chien et de leur faire porter une micropuce d’identification
 
Manque d’information 
 
Pour tenter de faire dérougir le téléphone, la SPCA lancera dans les prochains jours un nouveau site internet qui fournira des informations sur le dossier des chiens dangereux.
 
«Ce que les gens doivent comprendre, c’est que bannir une race de chien ne réduira pas le risque de morsure. Ce qu’il faut, c’est de la prévention et mettre l’accent aussi sur la responsabilisation des propriétaires», fait valoir Mme Kapuscinska.
 
Elle rappelle qu’une adolescente a été mordue vendredi à Acton Vale par un Husky et qu’il ne faut pas que les règlements soient discriminatoires envers des races en particulier.