/investigations/health
Navigation

Il évalue des pilules pour Québec et conseille des pharmaceutiques

Le membre d’un comité gouvernemental fait aussi de l’accompagnement de mise en marché

Il évalue des pilules pour Québec et conseille des pharmaceutiques

Coup d'oeil sur cet article

Un membre du comité gouvernemental chargé d’évaluer les médicaments et leur coût possède aussi une entreprise qui offre ses services aux compagnies pharmaceutiques.

Le professeur Jean Lachaîne de l’Université de Montréal siège au comité permanent de l’évaluation des médicaments aux fins d’inscription de l’INESSS. En parallèle, il est propriétaire de l’entreprise PeriPharm qui a notamment comme clients des multinationales du médicament comme Novartis, Pfizer ou Abbvie.

«On ne verrait jamais ça en Angleterre par exemple. Là-bas, tu travailles soit pour l’un, soit pour l’autre. Le Québec est vraiment un petit milieu pour ne pas qu’on trouve d’autres spécialistes», nous dit une source du milieu, mal à l’aise avec ce double chapeau.

Avis au ministre

Comme membre du comité gouvernemental, le spécialiste en pharmacoéconomie doit notamment faire des recommandations au ministre de la Santé pour inscrire ou non un médicament sur la liste de la RAMQ.

Si le médicament est inscrit, il peut être vendu aux assurés du régime public à un montant prédéterminé. Pour les compagnies, cette inscription est primordiale et a un impact majeur sur la commercialisation de leur produit.

En parallèle, son entreprise, PeriPharm, accompagne des joueurs de l’industrie dans la mise en marché des médicaments. «Un plan stratégique pharmacoéconomique permet, d’une part, de structurer ce qui est connu et accessible et, d’autre part, de définir ce qui est nécessaire afin de répondre aux exigences des différents tiers payeurs préoccupés par l’impact économique des médicaments», peut-on lire entre autres sur le site web de Péripharm, précisant que cette étape est aussi importante qu’un bon plan marketing.

Gestion des conflits d’intérêts

En faisant quelques recherches, il a été facile de découvrir des avis au ministre dans lequel son nom apparaissait ainsi que celui de certains des clients de son entreprise comme Novartis ou Pfizer. Dans le cas d’un test sanguin de la compagnie Caprion, le processus d’approbation présenté par la compagnie prévoit une étude pharmacoéconomique du produit réalisée par PeriPharm suivie immédiatement d’une évaluation du test par l’INESSS.

À l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS), la situation est tolérée. On semble toutefois ignorer qu’il est propriétaire et unique actionnaire de PeriPharm. «Jean Lachaîne, qui, en plus d'être membre de ce comité, offre également ses services à la compagnie PeriPharm, je vous confirme que cette situation est connue», nous a écrit la porte-parole, Véronique Baril.

Cette dernière indique que des déclarations d’intérêts sont remplies pour chaque membre du comité et qu’une gestion des conflits d’intérêts est faite pour chacun des dossiers. «Jean Lachaîne se retire des discussions complètes lorsqu’il est impliqué directement et il se retire du processus délibératif pour une implication indirecte», soutient la conseillère aux communications.

Ce qu'ils disent :

«(les gens du comité) sont là pour déterminer si le coût et l’efficacité d’un médicament justifient son remboursement. Ils ne sont pas là pour aider l’industrie à accéder au marché québécois.»

«Ce n’est pas une exception. Il y a un mélange des genres qu’on voit souvent dans le milieu pharmaceutique. Il y a des portes tournantes entre l’industrie et des organismes comme l’INESSS ou Santé Canada.» -Marc-André Gagnon, Université Carleton

«Il se retire de l’ensemble des dossiers auxquels il a participé en phase antérieure. Il déclare l’ensemble des dossiers (auxquels il a participé) et s’en retire. Je peux témoigner de la robustesse de la démarche. De plus, les membres du comité viennent de différents domaines.»

«C’est une question qui mérite d’être soulevée par souci de transparence.» -Dr Stéphane Ahern, président du comité à propos de la possibilité d’ajouter des informations sur les liens de Jean Lachaîne et sa firme PeriPharm sur le site de l’INESSS