/news/currentevents
Navigation

Un dur coup porté aux Hells

Une opération antidrogue en Estrie et en Montérégie conduit à 47 arrestations

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | Les Hells Angels ont subi un dur coup mercredi alors qu’un membre en règle et cinq membres de leurs filiales ont été arrêtés dans une importante opération antidrogue en Estrie et en Montérégie.

Au total, 47 individus ont été appréhendés dans l’opération Muraille, dont les deux présumées têtes dirigeantes du réseau qui aurait alimenté en cocaïne, en stéroïde et en drogue de synthèse la ville de Granby et ses environs.

Selon les policiers, le réseau n’hésitait pas à utiliser l’intimidation et la violence pour contrôler le marché de la drogue. L’enquête a duré près de trois ans.

Des noms connus

Le centre d’entraînement Nitro Gym de Granby aurait été un point central du réseau, selon les policiers.
Photo Magalie Lapointe
Le centre d’entraînement Nitro Gym de Granby aurait été un point central du réseau, selon les policiers.

Une des prises les plus importantes est Marc Bernatchez, un membre en règle des Hells Angels de la section Nomads ontarienne, le frère de Martin Bernatchez, président des Nomads ontariens.

Les policiers ont également mis la main au collet de trois membres des Red Devils, le plus important club-école des Hells. Parmi eux, on retrouve Jonathan Parent Cazzetta, du chapitre de Montréal qui, selon nos sources, serait un neveu du chef des Hells, Salvatore Cazzetta.

Deux membres des Devils Ghosts de Sherbrooke ont également été accusés.

Selon Éric Lemelin, capitaine de la Sûreté du Québec, le centre d’entraînement Nitro Gym du boulevard Pie-IX, à Granby, était un lieu de transfert d’argent, un point de vente de stéroïdes et un endroit où avaient lieu les injections.

«Le propriétaire, Ghislain Morin, était impliqué en étant un facilitateur du transfert d’argent pour l’organisation d’André Madore», a dit le capitaine.

Têtes dirigeantes

Les présumées têtes dirigeantes du réseau ne font pas partie des Hells, mais seraient tout de même proches des motards. Il s’agit d’André Madore, 48 ans, de Roxton Falls, qui contrôlait présumément la région de Granby, et Richard Skinner, 43 ans, de Cowansville, soupçonné d’avoir la main mise sur les régions limitrophes de Granby.

Depuis l’opération SharQc qui a décimé les Hells Angels en 2009, les clubs-écoles ont pris du galon au niveau du contrôle des stupéfiants.

«Les membres en règle ont eu de la relève pendant leur séjour en prison et on constate avec cette frappe que les clubs-écoles ont pris de l’ampleur, c’était prévisible», a dit François Doré, policier de la Sûreté du Québec à la retraite.

Chefs déposés

Des chefs d’accusation en lien avec le trafic de stupéfiants ont été déposés pour la majorité et des accusations de gangstérisme s’ajoutent pour certains d’entre eux. Vu l’ampleur de la perquisition, la Couronne, représentée par Me Stéphanie Landry et Me Caroline Meilleur, s’est opposée à la remise en liberté immédiate de la plupart des accusés. Au moment d’écrire ces lignes, l’opération n’était toujours pas terminée, d’autres perquisitions et arrestations pourraient s’ajouter au bilan.

Le projet Muraille a mobilisé près de 500 policiers de la Sûreté du Québec, du Service de police de Sherbrooke, du Service de police de Memphrémagog, du Service de police de Bromont, du Service de police de Granby ainsi que de la Police provinciale de l’Ontario. Pas moins de 53 mandats de perquisition ont été exécutés dans plusieurs résidences et commerces de Granby et les villes avoisinantes et 29 perquisitions ont été réalisées dans des véhicules.

— En collaboration avec Éric Thibault et Éliane Thibault

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.