/sports/hockey/canadien
Navigation

Après Luongo, Price comme adjoint

Le Canadien a accordé un contrat d’un an et 950 000$ à Montoya

Al Montoya a affiché un dossier de 12-7-3 avec une moyenne de 2,18 et un taux d’efficacité de ,918 avec les Panthers, la saison dernière.
photo d’archives Al Montoya a affiché un dossier de 12-7-3 avec une moyenne de 2,18 et un taux d’efficacité de ,918 avec les Panthers, la saison dernière.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Al Montoya a un objectif simple et précis en tête: « j’ai signé son contrat avec l’intention de devenir l’adjoint de Carey Price. »

Al Montoya a un objectif simple et précis en tête: «J’ai signé son contrat avec l’intention de devenir l’adjoint de Carey Price.»

Montoya n’a pas reçu de promesse de la part de Marc Bergevin et du Canadien. L’Américain de 31 ans se battra avec Michael Condon au prochain camp pour le même poste, celui de gardien ­numéro deux de l’équipe. 

«Chaque fois que tu te présentes à un camp, il y a toujours de la compétition, a rappelé ­Montoya. Pour moi, ce n’est rien de nouveau. L’an dernier, j’ai connu une saison fantastique en Floride. Et j’ai le sentiment que je peux poursuivre mon ascension. Je ne tiens rien pour acquis. Il y aura toujours des gars qui se ­battront pour ton poste.»

A priori, Montoya partira avec une longueur d’avance sur Condon. Bergevin n’a pas acquis un gardien plus expérimenté que Condon par hasard. 

«Je n’étais pas surpris de voir qu’il cherchait un gardien, a dit l’ancien des Panthers, des Jets, des Islanders et des Coyotes. Avec mon agent, nous avions identifié le CH comme une ­destination possible pour moi.»

Sur le plan contractuel, ­Montoya gagnera 950 000 $ la ­saison prochaine, un salaire plus considérable que les 575 000 $ de Condon. 

Un truc ou deux

Âgé de 31 ans, Montoya aura maintenant l’occasion de côtoyer l’un des meilleurs gardiens au monde en la personne de Price. 

«Carey est un gardien phénoménal, a-t-il souligné. Je ne le connais pas personnellement, mais il est l’image de cette franchise. J’ai hâte de travailler avec lui. Je crois que je pourrai apprendre de lui, mais j’espère aussi lui montrer une chose ou deux. Nous voudrons nous pousser le plus possible afin de conduire cette équipe vers les ­séries.

«Je travaillerai aussi avec l’un des meilleurs entraîneurs des gardiens [Stéphane Waite], a-t-il continué. C’était assez simple comme choix. L’an dernier, j’ai participé aux séries avec les ­Panthers. Je souhaite revivre ce sentiment, mais en faisant un plus long chemin.»

Montoya gardera également un bon souvenir de ses deux saisons avec Luongo à Sunrise. 

«Il est un gardien incroyable et une personne formidable. Il est plus technique que moi. Je me base plus sur mes habiletés athlétiques. J’ai regardé comment il se préparait pour les matchs ou les entraînements. Je suis un partisan de son compte Twitter. Il est très drôle.»

Dans un rôle de numéro deux avec les Panthers, Montoya a connu l’une de ses meilleures saisons dans la LNH en montrant un dossier de 12-7-3 avec une moyenne de 2,18 et un taux d’efficacité de ,918.

Un chemin plus long

Si Condon n’a jamais été repêché dans la LNH, Montoya avait jadis l’étiquette d’un grand espoir. Les Rangers de New York avaient fait de lui le sixième choix au total en 2004. Il n’a finalement jamais joué à Manhattan. Il a fait ses premiers pas dans la LNH en jouant cinq matchs pour les Coyotes lors de la saison 2008-2009.

«J’aurais voulu atteindre la LNH plus rapidement, mais c’était une question de maturité, a-t-il précisé. Je joue maintenant plus de matchs et je me dirige dans la bonne direction. Je suis content de ma progression depuis quelques années et je ne veux pas lever la pédale. 

«Avant, c’était une bataille mentale. Mais je crois que c’était surtout une question de force. Quand ton corps n’endure pas le stress ou le marathon d’une longue saison, tu ne peux pas jouer à un bon niveau.» 

En plus des Price, Montoya et Condon, le CH compte aussi dans ses rangs les jeunes Charlie ­Lindgren et Zachary Fucale.