/sports/tennis
Navigation

«Cibulkova ne plie jamais»

Eugenie Bouchard devra trimer dur pour battre la Slovaque, selon Sylvain Bruneau

TENNIS-GBR-WIMBLEDON
Photo AFP En principe, Eugenie Bouchard doit affronter Dominika Cibulkova samedi dans un match de troisième tour, mais les prévisions météorologiques ne sont guère encourageantes.

Coup d'oeil sur cet article

WIMBLEDON | Personne n’est mieux placé que Sylvain Bruneau pour décrire le jeu de Dominika Cibulkova, celle qui tentera de mettre fin au parcours d’Eugenie Bouchard, samedi à Wimbledon.

Le responsable du volet féminin à Tennis Canada, qui est également capitaine de la formation de l’unifolié en Coupe Fed, a pu l’observer de près en avril dernier, lors d’une rencontre du Groupe II tenue en Slovaquie, d’où elle provient.

Certains observateurs s’amusent à l’appeler – sans méchanceté – la... pitbull du tennis féminin.

Âgée de 27 ans, Cibulkova mesure à peine 5 pieds 3 pouces.

Elle est classée 19e tête de série à Wimbledon, troisième étape du Grand Chelem.

«J’étais sur le terrain pendant les matchs, a relaté Bruneau en entrevue au Journal. J’avais le meilleur fauteuil et j’ai pu voir comment elle se démenait sur le court.

«Elle est mobile, indique-t-il, et couvre beaucoup de terrain. Elle veut retourner toutes les balles.

«Si elle est forte en défense, elle est aussi constamment portée à l’attaque.»

Du respect

En simple, Cibulkova avait battu Françoise Abanda en trois manches et Aleksandra Wozniak en deux sets.

«On la respecte beaucoup, renchérit-il. Eugenie doit s’attendre à une bataille acharnée, comme l’ont été les deux premiers duels contre elle.

«Elle ne plie jamais pendant un match.»

Bouchard avait remporté ces deux matchs, en Australie en janvier dernier et à New York en septembre 2015, mais chaque fois il a fallu une troisième manche pour trancher le débat.

Un bilan positif

En raison d’un mauvais temps qui, encore une fois, a perturbé les activités dans la région de Londres, Bouchard, 48e mondiale, s’est entraînée à l’intérieur pendant une bonne heure.

Un réchauffement est prévu à quel­ques heures de sa rencontre de troisième tour qui, en principe, doit être disputée samedi.

«Si Eugenie joue de la même façon qu’elle l’a fait contre Johanna Konta, je pense qu’elle a de bonnes chances de gagner», a dit Bruneau.

Ce dernier dresse d’ailleurs un bilan satisfaisant de la prestation de Bouchard contre la Britannique jeudi.

«Dans l’ensemble, c’était un match positif de sa part, a-t-il fait remarquer. Elle a joué avec confiance et frappait la balle très tôt.

«Par contre, elle a été ennuyée en deuxième manche par plusieurs balles de bris, huit au total, qu’elle n’a pu concrétiser.»

Le plein de confiance

Bouchard lui a rendu la pareille au set final en résistant aux menaces de sa rivale.

«Par la suite, elle s’est ressaisie. Elle a démontré une belle force de caractère en situation de bris contre elle, cette fois.

«Elle s’est bien accrochée, ce à quoi on s’attend d’elle, et elle a gardé sa concentration jusqu’à la fin.

«Je vous dirais toutefois que le pointage n’indique pas l’allure du match et particulièrement lors des deux derniers sets.

«Les deux filles se sont battues sans relâche, mais Eugenie a été dure mentalement dans les moments cruciaux. C’est ce qui a fait la différence.

«Eugenie refait actuellement le plein de confiance. Ça va de mieux en mieux. En contrepartie, un comportement aussi rassurant n’est pas garant que tout va bien se passer par la suite.

«Contre Cibulkova, elle repart à zéro. Ses deux récentes victoires ne veulent plus rien dire.

«Elle sait très bien qu’elle devra travailler très fort pour en venir à bout.»


♦ La Slovaque a récemment remporté le tournoi sur gazon d’Eastbourne en prenant la mesure, en finale, de la Tchèque Karoline Pliskova, 17e mondiale, en deux manches de 7-5 et 6-3. En quarts, elle avait éliminé la Polonaise Agnieszka Radwanska (3e à la WTA) en trois sets de 4-6, 7-6 (2) et 6-3.


♦ Les prévisions météorologiques ne sont guère encourageantes pour la journée de samedi. Il se pourrait que la rencontre opposant Bouchard et Cibulkova soit retardée de quelques heures, voire reportée au lendemain, dimanche. À moins que la Québécoise ne soit invitée à disputer un troisième match consécutif sur le court central, le seul terrain à l’abri des intempéries.