/travel/destinations
Navigation

Douceurs de la Croatie

Douceurs de la Croatie
Photo courtoisie Sandra Cusson

Coup d'oeil sur cet article

Petit pays qui longe la mer Adriatique, la Croatie nous a complètement charmés. Nous y avons séjourné trois semaines cet automne et l’avons parcourue depuis l’Istrie, au nord-ouest, jusqu’à Dubrovnik, au sud.

Les îles croates – elles sont plus de 1000 – sont une des manifestations les plus ­éloquentes de la beauté du pays.

La traversée vers l’île de Cres est impressionnante; il faut dire que c’est notre premier contact avec la mer Adriatique, et nos yeux ne se lassent pas de regarder les îles, îlots et voiliers qui émaillent ces eaux ensoleillées où se marient une ­multitude de tons de bleu. Sur l’île, une route sinueuse nous mène vers la vieille ville. Nous ­garons notre voiture de location près du monastère franciscain et, comme convenu, donnons un coup de fil à notre hôtelier qui vient nous chercher pour nous conduire à notre «piazzetta» à travers un labyrinthe de ruelles. Le centre-ville de Cres est superbe, avec son port, ses façades colorées, ses barques. Le soir venu, les rues de la place centrale, avec leurs pierres usées, sont comme un miroir, reflétant la ­silhouette des églises et des palais.

C’est sur l’île de Krk que j’ai vraiment découvert la douceur de l’Adriatique. À l’entrée du village de Vrbnik, on laisse la voiture aux abords du vieux village et on descend faire un pique-nique sur une petite plage de galets. Je ne peux résister à l’appel des eaux turquoise de cette petite crique enchanteresse entourée de ­rochers.

La Croatie attire de plus en plus de touristes, notamment les amateurs de baignade qui sont aux anges dans ces eaux limpides!
Photo courtoisie Sandra Cusson
La Croatie attire de plus en plus de touristes, notamment les amateurs de baignade qui sont aux anges dans ces eaux limpides!

Collines et villages de pierre

À travers les collines verdoyantes de l’Istrie, nous avons découvert d’adorables villages.

À Groznjan, nous avons fait escale pour deux jours à la Villa San Vito, ­donnant sur la cour d’un palais datant de l’époque médiévale. De notre petite terrasse, nous avons vue sur un jardin de fleurs où le propriétaire du lieu, avec lequel nous ne parvenons à communiquer que dans un italien approximatif, s’affaire à faucher les herbes hautes... Notre promenade sur les pavés en pierre usée sera un ravissement total; chaque détour de ruelle nous procure un panorama différent sur les collines et les ­villages environnants avec, en premier plan, d’authentiques vestiges de l’époque médiévale. On se sauve juste avant l’arrivée des autocars de touristes.

Nous mettons alors le cap sur Motovun, un village encore plus haut perché, non sans avoir fait le plein de provisions en route, dont un pot de miel de garrigue et une bouteille de rouge de chez Bertosa, dont le proprio – qui nous sert en camisole! – est aussi rustique que sympathique.

Un petit village sur la côte de l’Adriatique.
Photo courtoisie Sandra Cusson
Un petit village sur la côte de l’Adriatique.

Mais mes plus grands coups de cœur iront à deux villages beaucoup moins connus.

Le premier, Bale, est un tout petit ­village dont l’esthétisme du Moyen-âge a été parfaitement préservé. Peu importe où se pose le regard, tout est beau et ­authentique. Un bijou.

Le second, Zavrsje, est un village médiéval fortifié, aujourd’hui quasi abandonné et envahi par la végétation. On y passe deux bonnes heures à explorer ses vestiges et à y faire mille et une découvertes. À voir absolument avant que toutes ces habitations ne soient rachetées et ­rénovées par des promoteurs...

On retrouve chutes et autres merveilles de la nature dans le parc naturel de Plitvice.
Photo courtoisie Sandra Cusson
On retrouve chutes et autres merveilles de la nature dans le parc naturel de Plitvice.

Les lacs de Plitvice

Avec les lacs de Plitvice, on peut dire que nous avons été vraiment impressionnés!

Ce vaste parc naturel s’articule autour de 16 lacs qui se déversent les uns vers les autres via une multitude de chutes et cascades. Partout, ce ne sont que des sources, ruisseaux, torrents et chutes spectaculaires. Le tout dans un environnement naturel parfaitement préservé, au cœur d’épaisses forêts de sapins, ­épicéas, hêtres, etc. Nous passons la journée à nous promener sur les ponts de bois, harmonieusement intégrés à cet environnement paradisiaque. Ah, j’oubliais, il a plu presque toute la journée, mais c’est à peine si l’on s’en est rendu compte, tant l’émerveillement occupait tous nos sens.

Motovun, un village rustique et sympathique.
Photo courtoisie Sandra Cusson
Motovun, un village rustique et sympathique.

Paklenica

Le lendemain, pour faire contraste, nous mettons le cap sur les montagnes du parc national de Paklenica, au sein de la chaîne de Velebit.

Au départ de notre randonnée, nous traversons la zone des falaises ­d’escalade où plusieurs grimpeurs – on dit que des équipes de divers pays ­d’Europe centrale viennent s’y entraîner – prennent d’assaut la gorge de ­Velika Paklenica. On s’éloigne sur le sentier en direction de Mala Paklenica, cette autre gorge dont les falaises sont perpendiculaires à la mer. Notre ­promenade d’environ deux heures nous conduit à travers un paysage ­fantasmagorique composé de grottes, ­falaises, ­canyons et crevasses.

Au sommet, les aiguilles rocheuses dressées vers le ciel nous rappellent celles de Bavella, en Corse. Malheureusement, nous arrivons trop tard pour ­visiter la grotte de Manita pec, dont l’entrée se trouve tout près du belvédère. Mais à voir la mine des visiteurs qui en ressortent, on se dit que la prochaine fois, on ne manquera pas cette visite.

La Croatie regorge d’îles toutes aussi charmantes les unes que les autres.  hauteur.
Photo courtoisie Sandra Cusson
La Croatie regorge d’îles toutes aussi charmantes les unes que les autres. hauteur.

Encore et encore

On pourrait continuer ainsi pour des pages et des pages, tant la Croatie regorge de petites et grandes merveilles.

C’est volontairement que j’ai choisi de ne pas m’attarder sur des attractions plus connues, comme la plus que magnifique Dubrovnik ou Rastoke, un village 100 % carte postale. Mais je ne saurais terminer sans un mot au sujet de ­Lokrum, cette petite île accessible en une quinzaine de minutes par bateau, via Dubrovnik.

Après la foule de la cité, on trouve ici un havre de paix. Tout y est: monastère bénédictin, château, petit jardin ­botanique à la végétation exubérante, criques, grottes, paons et irrésistibles petits lièvres en liberté. Et surtout, pas d’hôtel, pas de camping, même la ­cigarette y est interdite! Un paradis!