/weekend
Navigation

L’adolescence dans les années 1980

L’adolescence dans les années 1980
photo MICHEL DESBIENS, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

BEAUHARNOIS | Grâce à la famille Dubé menée par Jean-Michel Anctil et Catherine Proulx-Lemay, la comédie Mes petits malheurs se paye un voyage dans le temps.

Tournée sur un terrain bordé par la ­rivière Saint-Louis à Beauharnois, l’histoire familiale écrite par Jean-François Léger se déroule en 1986 et met en scène Jeffy, un garçon de 12 ans.

«C’est un peu inspiré de ma jeunesse où je passais mes étais au bord du lac, au chalet de mes parents, confie l’auteur. L’idée est venue au moment où j’ai répété des phrases à mes enfants, sans m’en rendre compte, que mes parents me ­disaient quand j’étais jeune.»

Souvenirs d’enfant, réflexions d’adulte

Le personnage principal est Jeffy, un garçon confronté à l’adolescence. Pour lui, les petits malheurs de la vie sont gros. Adulte, il se les remémore et les partage avec la voix de Louis Morissette.

Si on se fie aux échos de plateau, son humour sera bon enfant: «Mon frère ­Sylvain était prédestiné à devenir un grand ingénieur: calme, rigoureux et très lent. Si je mettais bout à bout les ­moments où j’avais attendu après lui, à 12 ans, il m’avait sûrement déjà coûté six mois de ma vie.»

Père grognon, mère idéale

Afin de négocier avec ses «malheurs», Jeffy peut compter sur sa sœur aînée Myriam, mais surtout sur Sylvain, son grand frère et meilleur ami.

«Jeffy a une très belle relation avec son frère. Ils jouent toujours ­ensemble. Mais pendant l’été, il y aura un problème: son frère ne pourra plus ­vraiment être là...», décrit Antoine ­Marchand-Gagnon alias Jeffy.

Le garçon se tourne aussi vers sa mère, la joyeuse Nicole qu’il surnomme sa déesse, une maman au foyer rêvée campée par Catherine Proulx-Lemay.

«C’est une maman super positive, qui est toujours du bord de ses enfants. Elle est super débrouillarde...C’est vraiment une maman parfaite, détaille Catherine Proulx-Lemay. Comme Claude (le papa) est un peu casse-couilles, elle essaie toujours de ramasser les pots cassés.»

Heureusement, car le père – ­médecin «très cheap» joué par Jean-Michel Anctil – n’est pas facile à vivre. «Claude, c’est la figure d’autorité dans la famille, alors il fait peur à Sylvain et à Jeffy», confie son interprète.

Pour donner vie au patriarche, ce dernier porte d’ailleurs une moustache. «Ce sont mes grands malheurs», rit-il.

La comédie Mes petits malheurs sera diffusée dès septembre sur ICI Radio-Canada Télé. Ses 13 épisodes en format de 30 minutes seront réalisés par ­Pierre Théorêt.