/news/currentevents
Navigation

Elle dénonce l’absence d’accusation contre le policier qui a tué son fils

brandon maurice
Photo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Gatineau | Même s’il a traîné un policier sur 62 mètres avec son véhicule, la mère d’un adolescent, abattu par un agent de la Sûreté du Québec en novembre dernier à Messines, en Outaouais, est en colère après avoir appris qu’aucune accusation n’a été retenue.

«S’il y avait eu des accusations, ça nous aurait permis d’avancer et de passer à autre chose, même si on va toujours aimer Brandon», a confié la mère de Brandon Maurice, Dominique Bernier, au Journal.

Dans son rapport, le directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a indiqué que l’agent de la paix qui a fait feu en direction de son fils de 17 ans n’a pas enfreint les normes.

«Le DPCP conclut que les policiers de la SQ impliqués dans cet événement n’ont commis aucune infraction criminelle.»

En entendant ces lignes, Mme Bernier s’est effondrée. «Il y aurait eu tellement d’autres façons d’intervenir que de faire feu sur ce jeune de 17 ans qui n’avait pas conscience [de son geste], comme tenter de l’immobiliser ou de tirer sur le pneu de son véhicule plutôt que sur lui.»

Les faits

Dans la nuit du 16 novembre 2015, deux policiers de la SQ ont actionné les gyrophares afin de faire une vérification sur le véhicule que conduisait Brandon Maurice. Ce dernier n’a pas voulu s’arrêter et une poursuite s’est enclenchée. Une fois la voiture immobilisée, le policier a sorti son arme et a demandé à M. Maurice de sortir.

Devant son refus, l’agent a fracassé sa vitre pour tenter d’arrêter le moteur, mais le jeune a recommencé à rouler. Après plusieurs avertissements, le policier a fait feu.