/news/currentevents
Navigation

Importante mise en garde contre les DEL

Les nouveaux lampadaires alarment des médecins

Les nuits de Bernard Tessier, qui habite à L’Île-des-Sœurs, ne sont plus aussi reposantes depuis qu’un lampadaire DEL a été installé en face de chez lui.
Photo d’archives Les nuits de Bernard Tessier, qui habite à L’Île-des-Sœurs, ne sont plus aussi reposantes depuis qu’un lampadaire DEL a été installé en face de chez lui.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que plusieurs villes du Québec songent à remplacer les lampadaires au sodium par de puissants luminaires DEL, la plus importante association médicale américaine a émis une mise en garde sur les dangers de ce type d’éclairage.

Le recours aux diodes électroluminescentes, mieux connues sous le nom de DEL, permet certes aux administrations d’espérer des économies, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la santé des citoyens, a insisté l’American Medical Association (AMA), en marge de son récent congrès.

«Il existe des arguments forts pour remplacer les lampadaires actuels, mais une conversion mal effectuée pourrait avoir de graves conséquences», prévient l’AMA.

Au Québec, des experts ont aussi sonné l’alarme tandis que plusieurs villes, dont Montréal et Québec, s’apprêtent à installer des milliers de lampadaires avec DEL pour réaliser des économies sur les coûts, l’énergie et l’entretien.

Luminosité nocive

Le problème est que la plupart des municipalités optent pour des luminaires avec DEL blanches qui produisent une lumière bleue pratiquement aussi stimulante que la lumière naturelle en plein jour.

« L’avis de l’American medical association, c’est une lueur d’espoir. » – Bernard Tessier, résident de L’Île-des-Sœurs

On envoie ainsi au cerveau le message qu'il est temps de s’activer, de se réveiller.

«Les lampes à DEL blanches ont cinq fois plus d’impact sur le rythme circadien du sommeil que les lampadaires traditionnels», souligne l’AMA.

L’association rappelle que des études ont révélé qu’un tel éclairage peut nuire au sommeil, puis entraîner des risques de développer certains cancers. Selon elle, les villes devraient viser de plus petites économies avec d’autres types de DEL, qui seront moins néfastes.

Projet en veilleuse

À Montréal, le remplacement des 110 000 lampadaires a été mis en veilleuse en avril, le temps que la Direction de la santé publique publie ses recommandations. Attendues à l’hiver 2015, elles devraient être livrées cet automne.

«La Ville doit être prudente. Les experts ne disent pas d’abandonner l’éclairage DEL, mais plutôt de choisir le bon pour ne pas compromettre la santé des citoyens», indique Sylvain Ouellet, conseiller chez Projet Montréal.

À L’Île-des-Sœurs, des citoyens sont exposés depuis février à ce qu’ils appellent «un phare pour bateau».

«Ce sont des lampadaires pour éclairer une piste cyclable, pas une autoroute», déplore Bernard Tessier, un ingénieur à la retraite qui réside devant un lampadaire à DEL blanches.

«L’avis de l’AMA, c’est une lueur d’espoir; la santé publique devrait abonder dans le même sens», dit-il.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.