/news/green
Navigation

Rivière Yamaska: riverains préoccupés par la mort des poissons

Rivière Yamaska: riverains préoccupés par la mort des poissons
Photo Agence QMI, Bruno Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

La découverte de milliers de poissons morts dans la rivière Yamaska, à Saint-Hyacinthe, préoccupe les riverains, alors que les résultats de l’analyse des carcasses étaient toujours attendus.

Jeudi, un riverain a fait la triste découverte: sur les berges de la rivière, des milliers de poissons de toute taille pourrissaient. Dimanche, les barbottes, carpes et dorés en décomposition s’y trouvaient toujours, couverts de mouches. On en trouve dans un secteur d’environ cinq kilomètres.

Vendredi, des équipes du ministère de l’Environnement s’y sont rendues pour effectuer des prélèvements d’eau et de poissons. Les résultats des analyses devraient arriver dans les prochains jours.

Plusieurs facteurs pourraient expliquer l’hécatombe: un niveau anormalement bas de l’eau et une baisse du débit, une hausse de la température de la rivière ou l’utilisation d’une grande quantité d’eau par la municipalité ou les industries des environs.

«Ce qui m’inquiète, c’est que vraiment tout est mort; ce n’est pas seulement une espèce ou deux visées, a expliqué Philippe Gentile, le citoyen qui a rapporté la situation aux autorités. Mes deux gars, c’est leur terrain de jeu, la rivière. Ils viennent pêcher.»

La rivière Yamaska a longtemps eu mauvaise réputation dans le secteur, en raison de son niveau de pollution. Certains riverains font le lien entre les milliers de poissons morts et l’état de la rivière.

«Il y a un organisme qui essaie de montrer aux agriculteurs à faire des bandes riveraines pour protéger et aider à dépolluer la rivière. Ce sont des efforts, mais on voit que ça n’a pas donné grand-chose encore», a dit M. Boucher, un homme qui habite dans le secteur.

La Ville de Saint-Hyacinthe a mis en place un système de veille: des équipes effectuent des prélèvements d’eau toutes les deux heures pour déceler des anomalies. La municipalité assure qu’il n’y a aucun impact sur l’eau de l’aqueduc.

Une rencontre était prévue lundi entre la Ville et le ministère pour faire le point sur la situation.