/news/green
Navigation

Prélèvement d’eau sur Anticosti: une décision «complètement irresponsable»

anticosti
Photo d’Archives

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Des environnementalistes trouvent «complètement irresponsable» la décision du gouvernement du Québec d’autoriser le prélèvement de plus de 30 millions de litres d’eau dans les rivières de l’île d’Anticosti pour la réalisation de forages avec fracturation hydraulique.

«La rivière Jupiter, un de ses affluents et la rivière Sainte-Marie abritent le saumon atlantique, évalué en voie de disparition à l’île d’Anticosti [...] Des prélèvements d’eau d’une telle ampleur ne peuvent être sans impacts pour le saumon», a fait valoir lundi le biologiste Charles-Antoine Drolet, administrateur de Nature Québec.

L’organisme environnemental a demandé au gouvernement de rendre publics les études et documents produits par Hydrocarbures Anticosti S.E.C. qui ont mené à l’autorisation des forages et aux prélèvements d’eau associés.

«Rappelons qu’aucune station hydrométrique n’est en fonction sur Anticosti. Comment a-t-on évalué l’impact des prélèvements d’eau sur le saumon atlantique alors qu’on ne possède pas de mesures réelles des débits des rivières d’Anticosti ?», a demandé Charles-Antoine Drolet.

«Le Devoir» a rapporté lundi que le gouvernement Couillard avait autorisé le prélèvement de plus de 30 millions de litres d’eau dans les rivières de l’île d’Anticosti pour la réalisation de trois forages exploratoires avec fracturation hydraulique. Selon le quotidien, une grande partie de cette eau sera puisée dans des cours d’eau abritant une espèce de saumon menacée.

Feu vert à Pétrolia

Après des mois de tergiversations, le gouvernement Couillard a récemment délivré à l’entreprise Pétrolia les certificats d’autorisation pour la réalisation de trois forages avec fracturation hydraulique.

Ces forages étaient prévus dans l’entente conclue en 2014 entre le gouvernement péquiste de Pauline Marois et les entreprises Corridor Resources, Maurel & Prom et Pétrolia. Ils visent à évaluer le potentiel pétrolier et gazier sur Anticosti.

Même s’il s’oppose à l’exploitation des hydrocarbures sur cette île située dans le golfe du Saint-Laurent, le premier ministre Philippe Couillard a indiqué à plusieurs reprises qu’il respecterait le contrat signé par sa prédécesseure.