/entertainment/tv
Navigation

Le comédien André Montmorency est décédé

Véritable touche-à-tout, André Montmorency s’est éteint mardi midi

Coup d'oeil sur cet article

Le comédien et metteur en scène André Montmorency qui a marqué l’univers de la télévision québécoise en donnant vie aux personnages colorés de Friponneau dans La Ribouldingue et du coiffeur homosexuel Christian Lalancette dans Chez Denise est décédé mardi, à l’âge de 77 ans. Il souffrait de problèmes pulmonaires.

M. Montmorency a rendu son dernier souffle mardi midi à l’Hôpital Notre-Dame où il avait été admis en mai dernier. Il avait passé quelques jours aux soins intensifs avant d’être transféré aux soins palliatifs, quelques jours avant son anniversaire, le 30 mai.

«Curieusement, André avait pris du mieux au cours des derniers jours mais il a eu une rechute et son état s’est détérioré rapidement mardi matin, a confié au Journal son neveu Alain Devost qui s’occupait de lui depuis quatre ans.

«Quand je suis arrivé à l’hôpital, je me suis aperçu qu’il avait du mal à respirer et j’ai appelé le personnel infirmier. Ils ont tenté de l’aider mais il est finalement mort dans mes bras une vingtaine de minutes plus tard.»

André Montmorency avait une sœur, Fernande, qui est aussi hospitalisée et très malade.

«Elle ne va pas bien non plus, admet son fils Alain Devost. Je ne serai pas surpris qu’elle parte elle aussi bientôt.»

André Montmorency souffrait de problèmes pulmonaires depuis longtemps. Au cours des dernières semaines, il avait subi neuf pneumonies consécutives.

Si les dernières semaines ont été éprouvantes pour le regretté comédien, ses amis ont tout fait pour lui apporter un peu de réconfort.

«Sa fin de vie n’a pas été si triste parce qu’on a essayé de l’anoblir et de la rendre moins plate, a raconté le journaliste artistique Roger Sylvain, un bon ami d’André Montmorency

«On le voyait dépérir et maigrir encore plus à chaque jour mais il est resté cool jusqu’à la fin. On l’avait d’ailleurs fêté le 30 mai dernier pour son anniversaire en invitant quelques amis dans sa chambre. Il était heureux ce jour-là. C’était beau de le voir.»

«Un vrai artiste»

Né en 1939, André Montmorency a amorcé sa carrière au petit écran et au théâtre dans les années 1950. À la fin des années 1960, il marque l’imaginaire de toute une génération en donnant vie au célèbre personnage de Friponneau dans la populaire émission pour enfants La Ribouldingue.

Puis, en 1979, le comédien qui a toujours affiché ouvertement son homosexualité marque l’histoire de la télévision québécoise en prêtant ses traits au coiffeur gai Christian Lalancette dans la série Chez Denise. C’était une des premières fois qu’un personnage homosexuel avoué sévissait à la télévision québécoise.

«Les gens adoraient le personnage, même s’il a beaucoup été critiqué à l’époque, notamment par des homosexuels qui le trouvaient trop exubérant, a rappelé Denise Filiatrault qui a écrit la série.

«André a été merveilleux parce qu’il s’est investi totalement dans ce personnage qui lui ressemblait beaucoup. Il était comme ça dans la vie, André. Il aimait la vie, il aimait les arts. Ce n’était pas toujours facile de travailler avec lui parce que je pense qu'il était bipolaire. Mais c’était un acteur formidable.»

Normand Brathwaite, qui a aussi côtoyé André Montmorency sur le plateau de tournage de Chez Denise, a été secoué en apprenant son décès mardi: «Après Chez Denise, j’avais eu la chance de rester en contact avec lui parce qu’il était, comme moi, un Gaspésien d’adoption. On se voyait souvent au restaurant La maison du homard, en Gaspésie, où il exposait ses toiles. Sa maison en Gaspésie était d’ailleurs un véritable musée. Tout était peint comme une œuvre d’art. C’était pété. André était un artiste, un vrai. Il faisait tout et il le faisait bien.»

 

 

Un souvenir impérissable

La photographe Christine Bourgier garde un souvenir impérissable des quelques heures qu’elle a eu la chance de passer en juin 2015 avec le comédien André Montmorency pour une séance de photos, dont nous publions aujourd’hui deux clichés exclusifs. «C’était un petit monsieur fragile physiquement, mais qui avait malgré tout beaucoup d’énergie et le regard pétillant», se souvient la photographe en entrevue au Journal.

Cette séance de photos s’inscrivait dans le cadre d’un projet d’exposition consacrée à des aînés – des personnalités connues et méconnues – originaires du quartier Centre-Sud. André Montmorency, qui a grandi dans ce coin de Montréal surnommé jadis «le Faubourg à m’lasse», s’était prêté au jeu avec plaisir.

«Je me souviens qu’il était arrivé avec un chapeau. Après quelques photos, il avait décidé de l’enlever parce qu’il voyait bien qu’il avait beaucoup maigri et qu’on ne le reconnaissait pas beaucoup. Il était très lucide. Mais il gardait sa joie de vivre.»

Christine Bourgier a revu André Montmorency quelques mois plus tard, lors du vernissage de son exposition, à l’automne dernier: «Il n’était pas resté longtemps parce qu’il se sentait trop faible. Mais il était content de voir le résultat. C’était un artiste et un amateur d’art.»

 

En quelques dates

  • Bien qu’il amorce sa carrière dans les années 1950, le premier rôle marquant à la télé pour André Montmorency a sans doute été celui de Friponneau, dans La Ribouldingue, entre 1967 et 1978. Au même moment, on le voit également sous les traits de Belzébuth le chat dans Grujot et Délicat.
  • Ouvertement gai, André Montmorency a campé le rôle d’un homosexuel en 1974, Sandra, dans Il était une fois dans l’Est.
  • Entre 1979 et 1982, il incarne le coiffeur homosexuel Christian Lalancette dans la populaire série Chez Denise. On se souviendra de son patois «Souffrance».
  • Son plus grand succès au théâtre sera dans une pièce de Molière, Le Bourgeois gentilhomme, qu’il joue environ 200 fois à la fin des années 1980. Il campa le rôle de M. Jourdain.
  • En 1990, il remporte un Gémeaux pour Rira bien, diffusé à TVA.
  • En 1996, il joua pendant cinq ans dans la série Le retour.
  • En 2009 et 2011, André Montmorency a été la voix d’Horace Slughorn dans les films Harry Potter. Il a d’ailleurs fait beaucoup de doublage au cours de sa carrière.