/entertainment/music
Navigation

Le Rockfest réfute les accusations de Twisted Sister

Le Rockfest réfute les accusations de Twisted Sister
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

La direction du Amnesia Rockfest de Montebello, en Outaouais, réfute les virulentes critiques du groupe Twisted Sister, qui exprime haut et fort son mécontentement sur Internet une semaine après avoir participé au rendez-vous. La formation américaine attaque sévèrement les organisateurs de l’événement, qu’elle a rebaptisé «Shitfest» («festival de merde»).

Dans un message-fleuve publié sur twistedsister.com le 30 juin (mais retiré depuis), le quintette de heavy metal décrivait en détails ses mésaventures du 24 juin au Rockfest, qu’il qualifiait de «pire festival de tous les temps». Signé par Terry Armadillo, le blogueur de tournée de Twisted Sister, le compte-rendu de 2500 mots déplorait l’organisation entourant le concert du groupe derrière les succès I Wanna Rock et We’re Not Gonna Take it.

Tout y passait : le trajet d’autobus de 2 heures et demie de l’hôtel jusqu’au site, le long et compliqué processus d’accréditation, la salubrité des coulisses, l’attitude des gardiens de sécurité, la loge aux dimensions inacceptables, alouette!

La formation concluait même sa lettre en suggérant aux mélomanes canadiens d’abandonner le Rockfest pour aller à Heavy Montréal, une autre grand-messe de rock pesant tenue chaque année au parc Jean-Drapeau.

Dans une déclaration envoyée au Journal, le fondateur d’Amnesia Rockfest, Alex Martel, s’est dit extrêmement déçu et surpris des allégations du groupe. «En 11 ans de festival, je n’avais jamais vu une telle situation, souligne M. Martel. Aucun membre de leur équipe ne m’avait contacté pendant le festival, ni après, pour me faire part de quoi que ce soit. Nous sommes toujours ouverts à la critique constructive et à l’amélioration.»

Alex Martel raconte avoir communiqué avec l’équipe du groupe après avoir consulté ses représailles. Le texte a ensuite été retiré du site web de Twisted Sister.

 

Coup de gueule

Le coup de gueule de Twister Sister touchait à toutes les facettes du Rockfest. Les membres du groupe s’en prenaient même aux victuailles qu’on leur avait laissées avant leur prestation.

«Dans cette loge, nous avions une douzaine de petites bouteilles d’eau, cinq sacs de chips, trois bars granolas, une poignée de minuscules bonbons et quelques gommes. Pas de miroir. Quelques serviettes pour les mains. Même pas assez de chaises pour que les cinq membres du groupe puissent s’assoir», pouvait-on lire.

La formation exprimait également son agacement d’avoir dû fouler les planches d’une scène secondaire, contrairement aux groupes Blink-182 et Korn, à qui on avait réservé la scène principale.

Enfin, Armadillo accusait le festival d’avoir manqué de respect envers la formation en débranchant le micro du chanteur Dee Snyder trop rapidement au terme des 45 minutes de concert allouées. Le son aurait effectivement été coupé avant même que Snyder puisse saluer la foule.

«En total désaccord»

Alex Martel a refusé les demandes d’entrevue du Journal, mais par écrit, il a soutenu qu’il y avait «toujours deux côtés à une médaille».

«J’aurais pu expliquer le fonctionnement d'un festival qui compte 130 bands en 2 jours et les nombreux efforts déployés pour accommoder l'ensemble de ceux-ci plutôt que de privilégier un seul d’entre eux, a noté M. Martel. J’aurais pu expliquer le fait que les groupes reçoivent toutes les informations concernant l'accueil des semaines à l'avance et qu'il n'y avait aucune surprise quant au fonctionnement ou à la réalité géographique du lieu. J’aurais pu aussi nommer les centaines de bands satisfaits de leur expérience année après année. Même si je suis en total désaccord avec leurs propos et leur méthode de les exprimer, je dirai seulement que je respecte énormément ce groupe légendaire et je leur souhaite la meilleure des chances dans leurs projets futurs.»

Réputation entachée

Cette montée de lait de Twisted Sister nuira-t-elle à l’avenir du Rockfest ? Difficile à dire. Une chose est sûre, elle a certainement entaché la réputation du festival québécois.