/opinion/columnists
Navigation

Le couronnement des rois

Cristiano Ronaldo
Photo AFP Cristiano Ronaldo

Coup d'oeil sur cet article

Comment se présente la finale de l’Euro qui aura lieu aujourd’hui? Et quel bilan faire de cette édition 2016 du tournoi?

Au terme de la phase de groupes, je vous avais dit que la France était l’équipe qui m’avait le plus impressionné. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’elle atteigne la finale.

Les Bleus ont d’immenses qualités athlétiques, du talent partout et une mentalité guerrière. Leur jeunesse, qui aurait pu être un handicap, les fait, au contraire, jouer de manière décomplexée.

Leur victoire face à l’Allemagne fut méritée, même si elle fut enclenchée par un penalty discutable.

Bien regroupés en défense, opportunistes en attaque, calmes quand ça chauffait, les Bleus ont encore montré que le temps de possession, devenu une statistique de référence depuis la domination espagnole, est une donnée qui ne dit pas tout.

Cela dit, le Portugal n’est pas battu d’avance. Certes, il a bénéficié d’être dans la partie la plus dégagée du tableau.

Il est vrai aussi que cette équipe donne souvent l’impression d’être moins que la somme de ses parties, c’est-à-dire de ne pas jouer à la hauteur de son talent. Mais si Cristiano décide que...

Tout de même, la France part favorite demain.

Bilan

Plus largement, je ferais un bilan en trois points de ce tournoi.

D’abord, j’étais de ceux qui ne voyaient pas d’un bon œil le passage d’un tournoi de 16 équipes à un tournoi de 24. Je suis moins catégorique maintenant.

Avec 24 équipes, vous ajoutez forcément un match de huitièmes de finale. Pour que 16 équipes accèdent à la ronde éliminatoire, vous devez aussi, si vous conservez six groupes de départ, permettre aux quatre équipes les mieux classées parmi celles ayant fini au troisième rang de poursuivre.

Ces quatre bénéficiaires furent la Slovaquie, l’Irlande du Nord, la République d’Irlande et le Portugal. Voyez comment le Portugal a profité de cet élargissement de la porte.

Quant aux trois autres, on ne peut certainement pas prétendre qu’elles ont élevé le niveau moyen du jeu, mais elles n’ont jamais non plus été ridicules, en tout cas pas davantage que la Hongrie, première de son groupe.

Le problème est évidemment que certains voudront plaquer cet élargissement sur la Coupe du monde. Or, le talent est beaucoup plus dilué dans le monde qu’il ne l’est en Europe, où chaque nation est compétitive.

La Coupe du monde a-t-elle besoin de quelques pays supplémentaires provenant d’Océanie, d’Asie ou des Caraïbes? En tout respect, je ne le pense pas.

Pour le dire autrement, il peut y avoir élargissement quand la parité vous donne de relatives assurances que personne ne sera massacré parce qu’il n’a pas le niveau.

Écart

Ce fut d’ailleurs la deuxième conclusion frappante de ce tournoi. Plus que jadis, de «petites» équipes bien organisées peuvent donner des maux de tête à un regroupement de vedettes.

Cela dit, troisième conclusion, il y a un écart de qualité indéniable entre le foot des meilleurs clubs et celui des équipes nationales. La coordination et la sophistication tactique sont très supérieures lorsque des joueurs sont habi­tués à travailler ensemble.

Les sélectionneurs nationaux n’ont que quelques semaines par année pour préparer leur équipe et ils sont donc assez peu portés à expérimenter ou à tenter des choses trop compliquées.

Je prends maintenant quelques jours de congé. Je vous reviens juste avant le début du tournoi de soccer des Jeux olympiques de Rio.

 

Coup de cœur

Les héros obscurs de cet Euro ont été les milliers de policiers français qui travaillaient dans la crainte d’attentats terroristes. Le pire a été évité. Ils n’ont ni la gloire des sportifs ni leurs millions, mais sans eux, rien n’aurait été possible.

 

Coup de gueule

Vous avez vu la séance de tirs au but du match Italie-Allemagne? Il est invraisemblable que des professionnels ne comprennent pas qu’il faut y aller simplement et franchement au lieu de faire des fantaisies totalement ridicules et qui échouent.

 

À surveiller

Devinez ce qu’on surveillera aujourd’hui. Puis, mercredi, l’Impact visitera Portland. J’ai hâte de voir ce Matteo Mancosu en attaque. Il était écrit dans le ciel que la saison de Drogba allait être, pour dire les choses poliment, «compliquée».