/24m
Navigation

Apprendre l’agriculture urbaine dès l’âge de 18 mois

Coup d'oeil sur cet article

Une garderie de Rosemont- La Petite-Patrie fait jardiner les enfants afin de leur apprendre à mieux se nourrir en connaissant l’origine des aliments.

«On leur montre toutes les techniques possibles dans un environnement urbain, que ce soit sur le béton, avec un bac surélevé, le balcon, dans de petits espaces ou en jardin vertical», explique Karina Smith, copropriétaire de la garderie Le jardin urbain.

Cultiver, cueillir, cuisiner et conserver, tel sont les principes du programme de cette garderie privée, qui vit son premier été d’agriculture, depuis son ouverture en septembre 2015.

On veut y amener les enfants à ce qu’ils établissent le plus possible une autonomie alimentaire en milieu urbain lorsqu’ils grandiront et auront à faire des choix.

Arroser le potager

Dans la cour, Mme Smith appelle les enfants pour qu’ils arrosent les diverses plantations du potager longeant la clôture. Une activité qui semble les allumer, car ils courent afin de prendre un petit arrosoir, le remplir et déverser l’eau sur les champignons et la laitue, ce qu’ils répètent en contemplant le jardin.

On entend des «Oh, la laitue!», avant que des feuilles soient cueillies puis croquées. Ensuite, c’est le temps de planter des pousses dans un jardin vertical. Ils s’y mettent avec empressement et s’appliquent à prendre les petits grains pour les mettre sur la terre.

Qu’est-ce que ça prend pour faire pousser une plante? «Une graine, de la terre, de l’eau et du soleil... et il faut attendre», nous explique Mathieu, âgé de 3 ans, peu après avoir rempli le compost.

Été comme hiver

On y sensibilise les enfants, de 18 mois à 5 ans, au processus de transformation des aliments du jardin à la table et aux méthodes de conservation des aliments pour l’hiver montréalais.

De plus, les enfants participent à la préparation de repas en collectivité, après avoir eux-mêmes cueilli leurs semences. Les enfants de 18 mois, exposés à cet environnement, vont, par exemple, contribuer à une recette en déchirant le basilic, et tous y mettent leur contribution.

«Sans vraiment le savoir, les enfants apprennent à bien manger», ajoute Mme Smith.

Réactions positives

Karina Smith et son mari Danny Guarino, le chef cuisinier, ont développé ce concept lorsqu’ils avaient une garderie en milieu familial. «On avait développé le programme d’agriculture urbaine à petite échelle, chez nous sur le balcon, laisse savoir Mme Smith. On a eu beaucoup de réactions de la communauté. Des centaines de familles voulaient venir chez nous. C’était vraiment impressionnant et on ne s’attendait pas à cela.»

Ils ont fermé le milieu familial pour agrandir le concept, dans un appartement de la rue Saint-Denis, un 8 et demi à la base résidentiel. «On voulait garder le même esprit, familial et très intime.»

Petits groupes

Geneviève Vincent fait partie des parents qui ont entendu parler de cette garderie lorsqu’elle était dans un milieu familial. Elle et son conjoint avaient été charmés par le ratio d’une éducatrice pour six enfants ainsi que les valeurs environnementales de l’organisation. La famille est «vegan», ce qui joue pour beaucoup dans le choix également. Le chef s’adapte aux demandes.

«Je n’ai plus besoin d’amener toutes ses collations et repas, comme à l’autre garderie, explique la mère d’Henri, âgé de 2 ans. On y fait des versions vegan de tout et l’alimentation est super équilibrée. Une grosse partie de son apport de vitamines et minéraux vient de la garderie.»

Anthony Lashley aime que son fil de 2 ans, Nolan, soit exposé quotidiennement au processus de l’alimentation, du jardin au compostage, car cela aiguise sa curiosité. «Il est maintenant très intéressé par notre jardin. Quand on l’arrose, il nomme les fleurs, les légumes et on passe de beaux moments.»

Calendrier annuel, entre les jeux et chansons

Hiver: Confection de pain, culture de pousses, champignons et de petits pois à l’intérieur;

Printemps: Planification de l’aménagement du jardin, commencer les semis à l’intérieur et plantation de ceux-ci dans le jardin;

Été: découverte du compostage et de la collecte d’eau de pluie, observation du processus de pollinisation des plantes par les abeilles, récoltes et recettes estivales, incluant les aliments crus;

Automne: Apprentissage des méthodes de conservation en faisant des conserves avec les aliments du jardin, fermentation et confection de plats internationaux (kimchi, labneh, etc.).

Ce qui pousse dans le jardin:

Baies de Saskatoon, fraises, bette à carde, oignons, brocolis, chou frisé, laitue, kale, tomates, aubergines, radis, carottes, amarante, menthe, pommes de terre, etc.