/opinion/blogs/columnists
Navigation

Confusion

crucifix
Photo Agence QMI, Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Alexandre Cloutier s’embourbe. J’ai lu la tentative de mise au point du candidat à la direction du PQ intitulée Laïcité, courtoisie, ouverture et cohérence.

Laïcité veut dire laïcité.

Le député de Lac-Saint-Jean se dit surpris que ses vœux aux Québécoises et Québécois de confession musulmane, à l’occasion de l’Aïd al-Fitr, aient suscité quelques réactions, disons, sceptiques. Que voilà un autre élu qui ne fait pas la distinction entre l’essentielle laïcité de l’État et, par ailleurs, la courtoisie, la gentillesse, le civisme et la civilité. Pas plus qu’il ne voit l’immense différence entre religion et immigration. Clamer un lien entre les déboires électoraux du PQ et la religion relève d’un pathétique manque de jugement déguisé en ouverture sur le monde. M. Cloutier note que tous les députés offrent leurs meilleurs vœux de Pâques et de Noël, chaque année et, que, donc, il est parfaitement approprié de marquer la fin du mois de ramadan. Au fait, les bouddhistes? Pis les taoïstes? Les mécréants? Les cyclistes devraient-ils recevoir un bisou le quatre août? Mon attachement fondamental à la neutralité absolue de l’État provient exactement de cette surenchère des gentillesses: il va toujours y avoir quelqu’un quelque part pour réclamer que sa religion soit soulignée, célébrée ou autrement respectée. Je vous soumets que, pour être certain de ne pas oublier et/ou offenser quelconque croyant de ceci ou cela, les députés devraient réserver leurs bons vœux aux anniversaires de naissance de leurs commettants. Ou s’assurer que le personnel de leur bureau de circonscription a fidèlement (!) recensé l’appartenance confessionnelle de chaque électeur/trice pour lui faire parvenir des vœux bien sentis en fonction de son Dieu/dieu/dieuse. Et les employé-e-s du gouvernement devraient taire leurs opinions et convictions.

Flectamus genua.

Au nom de la joviale ouverture, l’aspirant successeur de René Lévesque propose de nous enfermer dans un exercice de génuflexions à tous les autels de la spécificité idolâtre. Non merci, monsieur. Vous serez un tantinet plus crédible dans votre guilleret aveuglement quand vous proposerez de déplacer de l’Assemblée nationale où vous siégez le crucifix installé sous le gouvernement de Maurice Duplessis pour montrer que la Belle Province est catholique et non communiste.