/news/currentevents
Navigation

À vélo, dans son plus simple appareil

Une poignée de cyclistes ont roulé complètement nus dans les rues de Montréal

Adrian Parlog ( avec le casque rouge ), naturiste et cycliste, a participé au Cyclo Nu pour promouvoir les transports écologiques et pour dénoncer le body-shaming ou le fait de couvrir de honte les personnes qui n’ont pas un corps parfait.
Photo Agence QMI, JOEL LEMAY Adrian Parlog ( avec le casque rouge ), naturiste et cycliste, a participé au Cyclo Nu pour promouvoir les transports écologiques et pour dénoncer le body-shaming ou le fait de couvrir de honte les personnes qui n’ont pas un corps parfait.

Coup d'oeil sur cet article

Des cyclistes flambant nus ne sont pas passés inaperçus au centre-ville, samedi, en circulant pour sensibiliser les automobilistes à leur grande fragilité sur la route.

Ce fut aussi l’occasion de voir plusieurs grosses lentilles alors que le nombre de caméras et de curieux surpassait la quinzaine de naturistes sur roues.

Ces cyclistes-nudistes, des hommes pour la plupart, s’étaient donné rendez-vous au square Dorchester pour le Cyclo Nu, une quatrième manifestation en tenue d’Adam.

De nombreux touristes n’ont pas hésité à prendre plusieurs clichés, dont une dame d’une soixantaine d’années armée de son cellulaire qui photographiait les participants avec une fougue digne des nouveaux chasseurs de Pokémon.

Jade Sambrooke a aussi participé à l’événement dans son plus simple appareil, mais sur ses patins à roues alignées. Sans protection aucune, l’homme a reconnu qu’il s’exposait à quelques risques en cas de chute.

«On le fait pour sensibiliser les automobilistes à faire attention aux cyclistes sur la route», a-t-il dit. L’objectif est aussi de promouvoir le transport écologique, d’où le slogan More ass, less gas (Plus de fesses, moins de gaz).