/world/europe
Navigation

Renouvellement des sous-marins nucléaires au Royaume-Uni

BRTIAIN-EU-POLITICS-MILITARY-NUCLEAR-TRIDENT
Photo AFP Des manifestants ont protesté lundi, à Londres, contre le programme nucléaire du gouvernement conservateur.

Coup d'oeil sur cet article

Londres | Les députés britanniques ont très largement voté lundi soir pour le renouvellement des quatre sous-marins nucléaires Trident du pays, pour un coût d’au moins 41 milliards de livres (70 G$).

À l’occasion de son premier discours de première ministre devant le Parlement, Theresa May a défendu le renouvellement du programme nucléaire, qu’elle a qualifié d’«assurance ultime» pour la sécurité du pays.

Les parlementaires ont approuvé la mesure à 472 voix contre 117 à l’issue de six heures de débat.

Plus de 70 % des députés travaillistes ont donné leur feu vert (soit 138 députés) à cette mesure du gouvernement conservateur en dépit des positions pacifistes de leur dirigeant Jeremy Corbyn.

Dissuasion

«Il est impossible de dire avec certitude qu’aucune menace extrême n’émergera dans les 30 ou 40 prochaines années, menaçant notre sécurité et notre mode de vie», a fait valoir Theresa May lors du débat.

Pressée par un député écossais du SNP de dire si elle était prête à utiliser une arme qui pourrait tuer 100 000 personnes, Theresa May a répondu «oui».

«Tout l’intérêt d’un système dissuasif est que nos ennemis sachent que nous sommes prêts à l’utiliser», a-t-elle ajouté.

Le Royaume-Uni est une des trois nations de l’OTAN possédant l’arme nucléaire avec la France et les États-Unis.

La flotte nucléaire vieillissante est basée à Faslane, dans l’ouest de l’Écosse. Elle doit être remplacée par des submersibles «Successor», pour une entrée en service au début des années 2030.