/finance
Navigation

Le secteur immobilier continue à progresser fortement au Québec

Les transactions ont augmenté dans toutes les catégories d’habitations

Coup d'oeil sur cet article

Les ventes de propriétés résidentielles ont progressé fortement au Québec pendant le deuxième trimestre de 2016, selon un rapport de la firme JLR. Les données montrent que les transactions ont connu une hausse dans toutes les catégories d’habitations.

L’augmentation atteint 6,8 % pour les maisons unifamiliales (29 741 transactions), 3,6 % pour les copropriétés (11 029 ventes) et 8,9 % pour les immeubles locatifs, de deux à cinq logements (3628 propriétés).

Le rebond des ventes observé pendant le premier trimestre s’est donc poursuivi au cours des trois derniers mois.

«Les résultats du second trimestre sont cruciaux pour le bilan annuel, car environ 40 % des ventes sont publiées au Registre foncier durant cette période», peut-on lire dans le rapport de JLR.

« Reprise bien installée »

«La reprise des ventes semble bien installée pour 2016, après quelques années où le nombre de transactions chutait», ont analysé les experts de la firme JLR dans leur rapport.

Par contre, le prix médian des transactions a augmenté faiblement dans chacune des trois catégories, par rapport à la même période l’année précédente.

Sous l’inflation

Pour l’ensemble du Québec, la valeur médiane des propriétés unifamiliales a grimpé de 1,1 % pour se chiffrer à 235 000 $, celle des copropriétés de 0,9 % à 235 236 $ alors que le prix médian des immeubles locatifs, de deux à cinq logements, a bondi de 2,8 % pour s’établir à 328 950 $.

JLR a précisé que la progression des prix est sous l’inflation, ce qui signifie, «en termes réels, que les prix diminuent légèrement». De telles fluctuations montrent que le marché immobilier atterrit en douceur après les fortes hausses enregistrées depuis le début des années 2000.

Des diminutions de prix ont d’ailleurs été observées dans la catégorie des copropriétés dans les marchés de Gatineau (-5,4 %) et Saguenay (-3,3 %).

À Saguenay, le recul doit être interprété avec prudence, car le nombre de transactions est faible dans le secteur des copropriétés.

Toutefois, pour le marché de Gatineau, JLR a précisé que le prix médian et le nombre de ventes affichent une tendance baissière depuis la fin de 2014.