/lifestyle/psycho
Navigation

7 avantages du rire!

Life's good
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Quatre dixième de seconde après avoir entendu le punch d’une blague, juste avant d’en rire, une vague électrique se propage dans le cerveau et on vit une «full cortex experience», voilà ce que des chercheurs nous apprennent. Chez la plupart d’entre nous, rire détend, change les idées, fait en sorte qu’on se rapproche les uns des autres. On dit même que l’humour améliore la santé physique et psychologique. À quoi ça sert au juste de rire ?

  1. À prendre moins d’Aspirin ! Une recherche: 78 convalescents d’une chirurgie. Trois groupes. Dans le premier, les patients regardent des films drôles qu’ils ont choisis (donc, ils en apprécient l’humour); dans le deuxième, les patients ne voient pas de films; dans le troisième, les patients visionnent des films dits comiques, mais qu’ils n’ont pas choisis. Résultats: dans le premier groupe, on observe une diminution de la prise d’analgésiques légers ; dans le deuxième, pas de changement par rapport à la convalescence; dans le troisième, il y a augmentation des besoins en médicaments. Autrement dit, si vous n’appréciez pas un type d’humour, fermez vos yeux et vos oreilles. Si vous aimez, donnez-vous-en à cœur joie.
  2. À se détourner des préoccupations. Quand on cherche à se changer les idées, l’humour ­serait efficace. Autre étude: on a fait voir à des gens des images violentes d’agressions ou d’accidents d’autos. Pour un groupe, on a alterné ces images avec des photos tendres, comme celle d’un papa qui tient son bébé dans ses bras. Pour un autre groupe, on alternait les scènes violentes avec des scènes comiques. À la fin, les gens qui avaient vu les scènes violentes et comiques étaient moins affectés que ceux qui avaient observé les scènes violentes et les images tendres. L’humour nous détournerait plus efficacement de ce qui est préoccupant.
  3. À susciter et à entretenir l’amour. Les femmes aiment les hommes qui les font rire, c’est connu. Mais la bonne nouvelle est que si vous êtes un homme et que vous voulez vous rapprocher d’une femme, vous n’avez plus besoin de vous transformer en grand comique si ce n’est pas votre talent. Il suffit d’emmener votre flamme voir un spectacle ou un film drôle. Selon le psychologue Robert J. McBrien, « les couples qui rient lors d’une sortie font plus souvent l’amour le soir même et dans les jours qui viennent ».
  4. À prendre des forces. ­«L’arrivée d’un clown dans un village fait plus pour les habitants que celle de vingt ânes chargés de médicaments », a écrit Thomas ­Sydenham, un médecin anglais, au XVIIe siècle. Entre autres bénéfices, le rire libérerait les endorphines, un peu comme la pratique d’un sport, ce qui rend moins sensible à la douleur. Le hic est qu’on ne sait pas combien de temps dure ce cataplasme contre la douleur: il faut donc continuer à rire encore et encore.
  5. À guérir un peu. Il serait ­hasardeux de déclarer que toute personne rieuse est et sera toujours en santé. Toujours est-il que certaines recherches vont dans le sens d’une amélioration de certains ennuis. Au Japon, Takashi Hayashi et Kazuo Murakami ont étudié l’effet de l’humour sur des gens souffrant de diabète de type 2. On leur a demandé de ­regarder des sketches comiques. On a fait une prise de sang avant, une autre après et une autre 90 minutes plus tard. Et les résultats ont été probants: le corps ­sécrétait moins d’une protéine ­impliquée dans le diabète.
  6. À calmer les allergies. Le Japonais Hajime Kimata, médecin spécialiste des allergies, s’est intéressé à des enfants souffrant de dermatites qui se réveillaient la nuit avec des éruptions cutanées et l’envie de se gratter. Une hormone joue un rôle dans cette condition. Le chercheur leur a fait voir des films drôles. Résultats: les réveils nocturnes sont devenus moins fréquents et le niveau de l’hormone a globalement baissé.
  7. À dire sa vérité. Freud écrivait que l’humour permettait de se libérer de ses tensions et de prendre une distance avec ses ­affects, ses émotions. On rirait quand une «norme communément admise est enfreinte, mais que c’est perçu comme bénin, sans ­gravité», avancent aujourd’hui ­certains chercheurs. Pourtant, une farce peut faire passer des vérités qu’on tairait autrement. En ­humour, on «flirte avec l’inacceptable», rappelle Louise Richer, ­directrice de l’École nationale de l’humour. Certaines personnes ­auraient le gène 5HTTLPR, sa variante courte, ce qui en ferait des rieurs nés, d’autres ne l’auraient pas. Ça se cultive peut-être?

Oups, excusez-moi de ne pas avoir été drôle.