/misc
Navigation

Roger Fortin impressionné par les boxeurs cubains

<b>Roger Fortin</b>
Photo d'archives Roger Fortin

Coup d'oeil sur cet article

Roger Fortin faisait partie du groupe de neuf boxeurs canadiens aux Jeux de 1976 et même si sa participation s’était limitée à un seul combat, il en garde de très bons souvenirs.

«Ce fut la plus belle expérience de ma vie, a raconté Fortin. C’était vraiment une belle époque. Lorsque tu portais les couleurs de l’équipe canadienne en 1976, ça ouvrait bien des portes. On se sentait apprécié, aimé par le public.

«J’ai perdu mon seul combat chez les mi-lourds, soit contre le Russe Anatoly Klimanov, qui s’est ensuite battu pour l’obtention de la médaille de bronze. Je n’avais pas été chanceux au tirage au sort», a ajouté celui qui avait été une addition tardive au sein de l’équipe canadienne.

Roger Fortin rencontre la presse après avoir perdu son combat aux Jeux olympiques.
Photo d'archives
Roger Fortin rencontre la presse après avoir perdu son combat aux Jeux olympiques.

Deux ans plus tard, Fortin remportait la médaille d’or dans sa catégorie aux Jeux du Commonwealth à Edmonton avant d’entreprendre une carrière dans les rangs professionnels qui fut plutôt brève en raison de problèmes de santé.

«Les Jeux olympiques de 1976 m’ont permis de côtoyer de très grands boxeurs. J’étais surtout impressionné par les Cubains, dont le champion poids lourd Teofilo Stevenson. C’était tout un athlète.»

Âgé de 64 ans, Fortin entend prendre sa retraite bientôt, lui qui est employé dans un bar des Laurentides, et il prévoit retourner vivre au Mexique, où il a séjourné durant 12 ans.

► Il y a 40 ans, du 17 juillet au 1er août 1976, Montréal accueillait les meilleurs athlètes de la planète. Pierre Durocher, qui a couvert les Jeux olympiques pour Le Journal, a réalisé plusieurs entrevues avec des athlètes et des dirigeants ayant vécu cette fabuleuse aventure. Une série de reportages à lire jusqu’au 25 juillet.