/weekend
Navigation

Bernard Adamus dans la ruelle

Bernard Adamus
Photo Agence QMI, Ariane Labrèche Bernard Adamus est partout depuis la sortie de son dernier album, Sorel Soviet So What. Les amateurs du musicien irrévérencieux pourront le voir pour un rare concert intimiste, présenté dans le cadre des Shows de ruelle dans Hochelaga- Maisonneuve.

Coup d'oeil sur cet article

Installé à l’ombre d’un grand arbre dans le parc Morgan, Bernard Adamus regarde la ruelle Gaboury, où se tiennent les Shows de ruelle. «J’ai donné un spectacle dans une ruelle, il y a peut-être deux ans, quelque part dans le Plateau avec les Sœurs Boulay, se rappelle-t-il. C’était vraiment quelque chose, parce qu’il y avait environ 400 personnes, et quand on est montés sur le stage, tout le monde s’est fermé la gueule et un silence ­monastique s’est créé. Il y avait un aspect vraiment tripant à l’expérience.»

Formule acoustique

Bernard Adamus est d’avis que le concept est une opportunité de faire les choses différemment. «C’est une occasion de me péter la gueule et de faire découvrir aux gens que mes tounes sont pas mal plates quand elles ne sont pas ­arrangées», dit-il en riant.

Bernard Adamus
Photo Agence QMI, Ariane Labrèche

Celui qui est un ­habitué des prestations à plus grand déploiement adaptera en ­effet son matériel en formule plus ­acoustique, adaptée au petit espace qu’offre la ruelle Gaboury, nichée entre le parc ­Morgan et le restaurant Chez Bouffe café bistro. «Sérieusement, on est tout le temps sur une grosse scène un peu ­impersonnelle. J’essaie ­toujours de créer un ­spectacle le fun peu importe le contexte, mais pour ce show-là, je vais jouer en duo, peut-être avec quelques invités. Ça permet de ramener mes chansons à la ­base.»

Bernard Adamus sera aux Shows de ruelle le 4 août prochain.
Photo Agence QMI, Ariane Labrèche
Bernard Adamus sera aux Shows de ruelle le 4 août prochain.

Bernard Adamus entretient également un lien particulier avec ce quartier dans lequel il sera bientôt appelé à jouer. «Je suis pas mal identifié à Hochelaga, surtout depuis la chanson Rue Ontario, qui a été un beau succès et a beaucoup plu aux villageois hochelagais», dit-il avec le sourire.

La taille réduite de la scène lui demande non seulement d’adapter son matériel, mais d’échanger avec le public présent, une opportunité qu’il apprécie. «Je crois que ça va vraiment être le fun. Ça représente un bel exercice, autant sur le plan humain qu’artistique», souligne-t-il. Le chanteur ne sera pas de retour à Montréal avant le mois d’octobre. Raison de plus pour profiter de son passage dans la ruelle hochelagaise, le 4 août prochain, à 18 h 30.