/sports
Navigation

Des maniaques de tennis et un novice

Alexandre Burrows et Antoine Roussel
Photo JOEL LEMAY Alexandre Burrows et Antoine Roussel

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La saison morte de la Ligue nationale de hockey (LNH) est l’occasion pour les hockeyeurs professionnels de décompresser en assistant à d’autres événements culturels et sportifs comme la Coupe Rogers. Certains, comme les attaquants Alexandre Burrows et Antoine Roussel, profitent de leur préparation estivale pour côtoyer Stefan Matteau et lui parler tennis.

Le porte-couleurs du Canadien de Montréal se considère d’ailleurs un novice en la matière. Cependant, il a la chance ces jours-ci de parfaire ses connaissances dans ce sport, d’autant plus qu’il a participé à un match de hockey-balle amical avec ses deux comparses, son coéquipier Tomas Plekanec, mais surtout, des joueuses de la WTA.

«Antoine et Alex sont des «fans» finis de tennis et j’apprends d’eux! Mais j’ai été aux Internationaux des États-Unis l’an passé et j’irai au stade (Uniprix) cette semaine, a-t-il mentionné samedi. C’est plaisant d’être ici, car je connais pas mal tout le monde. On s’amuse et c’est ce qui est important. (...) J’essaie de ne pas penser aux choses qu’on ne contrôle pas comme les signatures de contrat et les échanges.»

Une passion

À l’opposé, Burrows savourait pleinement sa présence en marge des qualifications du tournoi.

«C’est mon sport préféré après le hockey, bien entendu! À Vancouver, j’ai eu la chance de rencontrer (le capitaine de la formation canadienne de la Coupe Davis) Martin Laurendeau, ainsi que Milos (Raonic), Vasek (Pospisil) et d’autres joueurs», a-t-il affirmé en dissimulant mal son enthousiasme.

«Je ne peux pas prédire qui gagnera la Coupe Rogers, ça reste pour plusieurs une préparation pour les Jeux de Rio, mais pour beaucoup de gens, Serena Williams risque de trouver encore le moyen de remporter le trophée», a-t-il enchaîné.

Partisan de la France, du Canada et de Nadal

Pour sa part, Roussel entretient des liens très forts avec la balle jaune. D’ailleurs, il a invité l’une de ses joueuses favorites, sa compatriote française Alizé Cornet, à prendre part au match de hockey-balle. Son histoire d’amour avec le tennis «va en grandissant».

«Ç’a commencé quand ma sœur était bénévole ici! Nous formions un groupe de partisans en 2005 et nous avions une grosse pancarte sur laquelle il était écrit «Let’s go Rafael!» et qui avait des trous pour placer nos têtes à l’intérieur. Et nous avions passé à la télé!», a-t-il déclaré à propos du tournoi gagné par Rafael Nadal cette année-là.

Malgré cela, le membre des Stars de Dallas voue une admiration sans borne à certains représentants de l’Hexagone – Richard Gasquet et Cornet plus particulièrement – ainsi qu’à Raonic et à Eugenie Bouchard.

«Je suis un grand partisan des joueurs canadiens et la relève est d’ailleurs très bonne. Milos est une super bonne personne, son service est fort et il s’est amélioré. En plus, il est très calme; je sais que les gens aiment voir des émotions, mais parfois, ça nuit plus qu’autre chose, a-t-il émis. Pour Eugenie, ce serait super si elle gagnait quelques matchs ici, ça créerait un gros «buzz».»