/sports/hockey
Navigation

Une transaction gagnante pour tous

2016 Honda NHL All-Star Skill Competition - AMP Energy NHL Hardest Shot
Photo d'archives, AFP Shea Weber et P.K. Subban lors du match des étoiles, en janvier dernier.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les jours continuent de s’écouler depuis la transaction-choc ayant fait passer le défenseur P.K. Subban du Canadien de Montréal aux Predators de Nashville le 29 juin, mais elle continue de faire jaser. Aussi, d’après quelques joueurs francophones de la Ligue nationale de hockey (LNH) rencontrés samedi au stade Uniprix, toutes les parties concernées sortiront gagnantes de cet échange.

Présent sur les lieux pour prendre part à un match de hockey-balle amical en compagnie notamment de participantes de la Coupe Rogers, l’attaquant des Stars de Dallas Antoine Roussel s’attendait à se faire questionner au sujet du pacte conclu par le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin. Tout en se disant surpris du dénouement, il croit que l’intégrité professionnelle de Subban et de Shea Weber permettra aux deux organisations d’obtenir satisfaction.

«Comme tout le monde, j’ai été surpris en sachant cela. J’étais en train de magasiner avec ma femme et je me suis dit «tab...!». Ça m’a pris cinq bonnes minutes pour lire tout ce qui se passait sur le web, a-t-il expliqué. Mais les deux gars ont une bonne réputation et ce sera excellent pour eux et pour leur nouvelle formation. Il faut dire qu’aujourd’hui, c’est presque impossible de passer sa carrière au même endroit.»

Évoluant dans l’Association de l’Ouest, Roussel n’aura plus à se préoccuper autant de Weber, un arrière redouté par plusieurs adversaires. Toutefois, Nashville sera-t-il plus difficile à affronter?

«Ce sera plutôt une équipe différente qu’il faudra croiser. Weber est plus robuste, plus méchant, mais pour les qualités athlétiques, les deux sont identiques», a poursuivi le patineur de l’Hexagone.

Matteau a appris de Subban

Pour sa part, Stefan Matteau a eu le temps de côtoyer brièvement Subban dans le vestiaire après le pacte des Devils du New Jersey l’ayant envoyé à Montréal le 29 février. Il a rapidement été enchanté par le numéro 76.

«C’est une bonne personne et pour moi, P.K. est un ami. Sa présence dans la chambre m’a permis d’apprendre, a-t-il indiqué, spécifiant par ailleurs que la venue d’Alexander Radulov apportera beaucoup au Canadien. La LNH n’est pas facile et ce n’est pas une chose donnée. On doit travailler fort et garder une attitude exemplaire.»

«Weber sera un bon vétéran pour nous et il a évidemment un lancer puissant, mais les amitiés ne s’achètent pas», a continué Matteau qui s’ennuiera de son ancien coéquipier.

Une arme de premier plan

De son côté, l’ailier des Canucks de Vancouver Alexandre Burrows considère qu’un match face au Bleu-Blanc-Rouge ne sera pas de tout repos en 2016-2017.

«L’échange ne m’a pas surpris, même si je comprends les gens qui commentent des deux bords, car ce sont deux excellents joueurs. Ce genre de décision n’est jamais facile à prendre, a-t-il dit. Mais Montréal est loin d’être mal pris avec Weber. Il est difficile de jouer contre lui et on doit toujours le surveiller. Heureusement, on ne le verra plus que deux fois par année.»