/sports/rio2016
Navigation

Ça m’écœure

Ça m’écœure
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Comité international olympique (CIO) est la plus importante organisation mondiale dans le sport, mais elle n’est même pas capable de faire face au plus gros problè­me de dopage de l’histoire.

J’ai hâte d’aller aux Jeux olympiques et je sais que ça va être l’une des plus belles expériences de ma vie comme athlète et comme personne.

Mais je n’ai plus le goût de respecter la fameuse tradition qui amène plusieurs athlètes à se faire tatouer les cinq anneaux olympiques sur le corps lorsqu’ils reviennent des Jeux. Les anneaux représentent des valeurs comme le sport et la paix, mais derrière ces anneaux, il y a une organisation corrompue et ça m’écœure.

Ne pas choquer les amis

Il est inadmissible de voir le CIO refiler aux fédérations internationales de chaque sport le pouvoir de décider si les athlètes russes pourront participer aux Jeux de Rio. Les trois quarts des fédérations sont corrompues. Dans plusieurs de ces fédérations, il y a des dirigeants russes hauts placés qui vont s’assurer que leurs athlètes aillent aux Jeux.

Cette décision du CIO, c’est com­me dire qu’on a des amis dans tous les sports et qu’on a peur qu’ils soient fâchés si on bannit leurs athlè­tes, alors on va les laisser prendre eux-mêmes la décision.

Ma propre fédération internationale d’athlétisme, par exemple, était minée par la gangrène de la corruption avant que Sebastian Coe n’arrive à la présidence. On sait tous qu’il y a encore d’autres fédérations faites ainsi, mais le CIO a quand même choisi de se déresponsabiliser en leur laissant le mandat de décider.

À la lumière du rapport MacLa­ren, je suis d’avis qu’on ne devrait avoir de pitié pour aucune raison.

Pauvre Yulia...

Une autre chose me choque dans l’attitude du CIO, celle qui concerne la spécialiste du 800 m Yulia Stepa­nova, la première à avoir dénoncé le système de dopage en Russie. Eh bien, le CIO vient de lui refuser sa requête de courir aux Jeux de Rio en tant qu’athlète neutre. Elle ne voulait plus représenter la Russie et elle a même reçu des menaces de mort dans son pays.

Quel message envoie le CIO à d’autres athlètes qui voudraient à leur tour dénoncer de tels systèmes dans leur pays? Je trouve ça épouvantable. Cette fille-là a risqué sa vie...

Double standard dangereux

Le CIO crée aussi un précédent dangereux en statuant qu’un athlète russe doit prouver qu’il n’a jamais été pris pour dopage s’il veut aller aux Jeux. D’un autre côté, si un athlète a déjà été suspendu par le passé, il sera tout de même autorisé à participer. Ça, c’est un important précédent qui va faire du grabuge.

Quand tu agis ainsi, ça donne raison aux Russes de qualifier tout ce qui leur arrive de propagande de l’Occident. Tyson Gay et Justin Gatlin, qui sont deux «stars» susceptibles de gagner des médailles au 100 m pour les États-Unis, ont déjà été bannis pour dopage. Les Russes vont inévitablement demander pourquoi les athlètes américains bannis dans le passé ont maintenant le droit de participer aux Jeux et pas les leurs.

Pour moi, les Jeux offrent une chance de briller devant le monde entier tous les quatre ans. Mais plus le temps avance et des événements comme ceux-là se produisent, moins je trouve que les anneaux olympiques représentent un symbole sain...

-Propos recueillis par Alain Bergeron